Le pétrole miné par la reprise des exportations libyennes

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour... (PHOTO NORM BETTS, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mai a cédé 30 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 103,75 dollars.

PHOTO NORM BETTS, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le pétrole new-yorkais a clôturé en baisse mardi, miné par des signes clairs d'une reprise des exportations libyennes et l'attente d'une nouvelle hausse des stocks de brut américains, dans un marché continuant à surveiller l'Ukraine.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mai a cédé 30 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 103,75 dollars.

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, dont c'est le dernier jour de cotation, a terminé à 108,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 33 cents par rapport à la clôture de lundi.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé mardi qu'elle s'apprêtait à exporter sa première cargaison de brut depuis le port d'Al-Hariga, dans l'est du pays, après plus de huit mois de blocage.

Les autorités libyennes et les autonomistes avaient annoncé le 6 avril être parvenus à un accord prévoyant la levée immédiate du blocage des ports de Zwitina et d'Al-Hariga. Mais échaudés par de précédentes tentatives inabouties de résolution des différends, les investisseurs  prenaient jusqu'à présent ces informations avec circonspection.

«Même si l'extraction de brut en Libye reste pour l'instant à un assez bas niveau, à environ 200.000 barils par jour», le marché «a été rassuré» par l'annonce de cette première cargaison de 1 million de barils par un pétrolier italien, estimait Tim Evans de Citi.

Les investisseurs continuent par ailleurs de scruter l'Ukraine, où Kiev a déployé mardi ses forces, armée et Garde nationale, dans l'Est du pays face aux insurgés pro-russes.

Cette offensive, si elle se concrétise, devrait encore attiser les tensions avec la Russie, qui a massé selon l'OTAN jusqu'à 40 000 hommes à la frontière entre les deux pays et averti Kiev à plusieurs reprises de ne pas intervenir.

Mais «pour l'instant les acteurs du marché attendent de voir ce qui va vraiment se passer», soulignait Michael Lynch de Strategic Energy and Economic Research. «S'il s'agit juste d'expulser quelques manifestants ou si cela dégénère en vrais combats».

Les investisseurs craignent notamment qu'une escalade des tensions conduise à des sanctions contre la Russie pouvant déstabiliser le marché européen de l'énergie.

Le marché se préparait également à la publication mercredi du rapport hebdomadaire des autorités américaines sur le niveau de stocks de produits pétroliers aux États-Unis. Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswire anticipent en moyenne une hausse des réserves de brut de 1,5 million de barils.

Les stocks de produits distillés sont de leur côté attendus en baisse de 100 000 barils et ceux d'essence en recul de 1,4 million.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer