Les métaux industriels en hausse grâce à une restriction de l'offre

C'est surtout le nickel qui a tiré son... (Photo Bloomberg)

Agrandir

C'est surtout le nickel qui a tiré son épingle du jeu cette semaine, bondissant de plus de 5 % et touchant jeudi un plus haut depuis deux mois et demi (à 14 725 dollars la tonne), grâce à l'entrée en vigueur dimanche de l'interdiction d'exporter du nickel brut d'Indonésie.

Photo Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse

Les prix des métaux échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont progressé cette semaine, principalement grâce à une offre plus restreinte, notamment dans le cas du nickel, dont l'exportation de minerai est désormais interdite depuis l'Indonésie.

Les métaux industriels «ont complètement effacé leurs pertes essuyées depuis le début de l'année», ont expliqué les économistes de Commerzbank, qui soulignent que «la situation s'est tendue sur beaucoup de marchés des métaux récemment, en partie à cause de l'offre et en partie à cause de la demande».

Par exemple, le Groupe international d'étude sur le plomb et le zinc (ILZSG) a fait savoir mercredi que les marchés du zinc et du plomb présentaient des déficits d'offre de respectivement 18 000 et 41 000 tonnes sur les onze premiers mois de 2013.

Le zinc et le plomb ont ainsi atteint jeudi des plus hauts depuis le début de l'année, à respectivement 2097,50 dollars la tonne et 2230 dollars la tonne.

De son côté, l'aluminium a été porté par la perspective d'une demande en hausse, après le relèvement des prévisions de croissance mondiale de la Banque mondiale (3,2 % en 2014, après 2,4 % en 2013), ont noté les analystes de Triland Metals. Le métal blanc a touché jeudi son maximum depuis le début de l'année, à 1809 dollars la tonne.

Les métaux industriels ont également bénéficié d'un léger accès de faiblesse du dollar jeudi, après des données mitigées sur l'économie des États-Unis, a-t-on expliqué chez Triland Metals. L'étain a ainsi également atteint jeudi un plus haut depuis le début de l'année, à 22 590 dollars la tonne.

Le nickel bondit de 5 %

Mais c'est surtout le nickel qui a tiré son épingle du jeu cette semaine, bondissant de plus de 5 % et touchant jeudi un plus haut depuis deux mois et demi (à 14 725 dollars la tonne), grâce à l'entrée en vigueur dimanche de l'interdiction d'exporter du nickel brut d'Indonésie.

L'archipel, premier exportateur mondial de minerai de nickel, entend ainsi contraindre les compagnies minières à raffiner sur place, afin d'accroître les retombées économiques pour le pays.

Or l'Indonésie était le principal fournisseur de minerai de fer de la Chine, qui produit en grande quantité de la fonte de nickel, une alternative meilleure marché au nickel qui a déprimé les cours de ce métal ces dernières années.

«Les sociétés chinoises sont en train d'accélérer leurs plans pour construire des raffineries en Indonésie, même si les stocks chinois de minerai sont apparemment équivalent à un an de consommation», ont souligné les experts de Triland Metals.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer