Où trouver de l'aide pour former ses employés?

Une récente étude du Conference Board du Canada... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Une récente étude du Conference Board du Canada suggère que l'employeur canadien moyen dépense seulement le deux-tiers de ce qu'investissent les entreprises américaines pour la formation et l'éducation de leurs employés.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

«Y a-t-il des subventions offertes pour former ses employés? Je vais intégrer une nouvelle technologie dans mon usine et mes employés devront apprendre à l'utiliser. Est-ce que le manque de productivité par exemple pendant cette période peut-être compensé financièrement? Aussi, je me demande où obtenir une formation de cariste à coût raisonnable?» - Johanne Bernard, présidente, Pic&Pac Distributions, Centre-du-Québec

«Pour des questions de formation, de développement des compétences et de gestion des ressources humaines, un patron devrait d'abord discuter avec le conseiller aux entreprises d'Emploi-Québec dans sa région», affirme Patrick Allard, coordonnateur au service aux entreprises, direction régionale de l'île de Montréal, Emploi-Québec.

On y offre de l'aide technique et financière pour réaliser un plan de formation et pour l'appliquer.

«Le conseiller se déplace en entreprise et rencontre les décideurs pour connaître leurs besoins, leurs défis et il leur recommande la solution optimale», explique M. Allard.

Il précise que oui, les heures non facturables où les employés sont formés sont admissibles à une subvention pour rembourser une partie des salaires.

Pour la formation de cariste, plus communément appelée opérateur de chariot élévateur, le conseiller d'Emploi-Québec pourra sortir une liste d'endroits où cette formation est offerte dans la région, autant dans le privé que dans le public.

«Souvent, cette formation est donnée dans les commissions scolaires par les services aux entreprises», précise Patrick Allard.

À ceux qui craignent que faire affaire avec un ministère soit un long et lourd processus, Patrick Allard se veut rassurant.

«C'est une approche simple, personnalisée et orientée vers les besoins des clients, précise-t-il. Le délai de traitement est très rapide et nous incitons les entreprises à mesurer le rendement sur leurs investissements en formation. Notre approche est assez structurante. Plusieurs entreprises nous disent après avoir fait appel à nos services qu'ils auraient aimé nous connaître avant!»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer