Un emploi physique remplace-t-il le sport?

Travaillant en construction depuis 40 ans, Richard (nom fictif) fait partie des... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Samuel Larochelle

Collaboration spéciale

La Presse

Travaillant en construction depuis 40 ans, Richard (nom fictif) fait partie des travailleurs dont le métier est exigeant physiquement. À l'aube de sa retraite, il ne pratique aucun sport dans ses temps libres. Une situation qui peut s'avérer problématique, selon les professionnels de la santé.

Pendant des années, Richard travaillait sur les chantiers, en plus de jouer au baseball, au curling et au hockey bottine. À 35 ans, les choses ont changé. «J'ai eu mon deuxième enfant, je démarrais mon entreprise et je n'avais plus le temps de faire du sport, explique-t-il. Heureusement, mon boulot me permettait de garder mon corps de jeunesse. Quand on transporte du matériel, on travaille le coeur intensément. Et lorsqu'on installe les produits, ça peut être assez demandant physiquement.»

Le kinésiologue Mathieu Leduc confirme que le métier de menuisier est exigeant, mais il n'est pas prêt à dire qu'il remplace l'activité physique. «C'est beaucoup mieux que des emplois sédentaires, mais certains aspects de la santé physique sont négligés.»

La pratique sportive entraîne son lot d'avantages: réduction des maux de dos, des risques d'ostéoporose, des symptômes de la dépression et des risques cardiovasculaires, amélioration de la posture, de l'image corporelle et de l'estime. «Il faut aussi penser que les cancers et les maladies sérieuses apparaissent souvent dans la cinquantaine, rappelle le spécialiste. Quand on a l'habitude d'être actif, ça aide à combattre et à se remettre d'une opération plus rapidement.»

Depuis 2007, Richard occupe 99% de son temps à faire de l'administration et à superviser les chantiers. Son activité physique se résume à 30 minutes de marche à rythme modéré, les jours où la température le permet. Une situation non optimale, selon Mathieu Leduc. «Quand les gens font des tests de marche avec inclinaison, ils réalisent qu'ils ne sont pas si en forme que ça par rapport aux normes. À un certain âge, la perte de masse musculaire devient beaucoup plus problématique, mais les gens mettent la musculation de côté. Pourtant, en 30 minutes, on peut faire un circuit de petits exercices musculaires et posturaux, avec les outils à sa disposition dans son environnement.»

Richard reconnaît qu'il ne fait pas attention à sa santé en général. «J'ai une machine elliptique, mais je n'en fais jamais. Mes enfants me posent régulièrement des questions sur ma santé, ça me fait réfléchir, mais je n'ai pas d'intérêt pour d'autres sports. Il n'existe pas beaucoup de ligues sportives pour les gens de mon âge et aller au gym ne m'intéresse pas.»

Pourtant, les solutions existent. «Si Richard aime marcher, je lui conseille de faire des randonnées en montagne, pour avoir une plus grande dépense énergétique et un bon travail musculaire, tout en admirant les paysages», souligne M. Leduc.

Il suggère également la natation, le tennis et le jogging, en y allant progressivement. «Il faut éviter de donner un grand coup au début, d'être ultra courbaturé le lendemain et de se dire que le sport n'est pas fait pour nous. On doit être prêt à sortir de sa zone de confort, tout en évaluant son souffle et ses capacités.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer