Portrait: Christian Boisvert-Huneault, technologue en radio-oncologie

Christian Boisvert-Huneault, 31 ans, est technologue en radio-oncologie... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Christian Boisvert-Huneault, 31 ans, est technologue en radio-oncologie au CUSM depuis qu'il a obtenu son diplôme en 2010.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?

Je voulais travailler dans le domaine de la santé et j'ai accroché sur cette formation.

En quoi consiste votre travail?

J'accueille les patients, je leur explique le traitement et je les réconforte. Lors du traitement, je suis à l'extérieur de la salle. Je regarde le patient avec une caméra et je lui parle par interphone. J'utilise l'accélérateur linéaire pour envoyer des photons de très haute énergie pour tuer le cancer. Je dois placer le patient chaque jour dans la même position et pour m'en assurer, je peux prendre des radiographies.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en kinésiologie, puis j'ai pris un an pour voyager et réfléchir à mon avenir. J'ai ensuite fait le diplôme d'études collégiales (DEC) en radio-oncologie au Collège Dawson.

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai obtenu un emploi au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) en terminant ma formation.

Décrivez une journée typique de travail.

Je travaille de 7 h à 15 h, du lundi au vendredi. Je commence par faire un examen de qualité de l'appareil. Mon collègue arrive à 7 h 30 et ensemble, nous traitons les patients. Nous avons un peu de paperasse à remplir et nous faisons le suivi des patients vus par différents professionnels.

Quel est votre plus grand défi?

Il y a un patient prévu toutes les 15 minutes et je dois m'assurer de bien les traiter. C'est une grande responsabilité parce que la radiation peut avoir un effet néfaste si elle n'est pas bien utilisée.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

Le contact avec les patients. Si un patient a 35 traitements, je le vois chaque jour pendant sept semaines. Des patients passent nous donner des nouvelles lorsqu'ils viennent à l'hôpital après leurs traitements pour un suivi. C'est valorisant.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre profession?

On croit que je suis radioactif! Aussi, plusieurs pensent que c'est déprimant de travailler avec des gens atteints de cancer. Mais les patients ont cheminé après avoir reçu leur diagnostic et ils sont souvent très optimistes pendant leurs traitements; ils veulent guérir.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut aimer les gens, être patient et poli.

En chiffres

Perspectives d'emploi (2013-2017): favorables

Taux de chômage en 2012: faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017): élevée

Salaire horaire médian estimé au Québec (2011-2013): 28,00 $

Sources: Emploi-Québec, Information sur le marché du travail et L'étude des crédits 2014-2015, Régie de l'assurance maladie du Québec




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer