Sécurité résidentielle: DEP ou DEC?

Q : «Je souhaite réorienter ma carrière dans le domaine des systèmes de... (Photo Carlo Allegri, Bloomberg News)

Agrandir

Photo Carlo Allegri, Bloomberg News

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

(Question de travail) Q : «Je souhaite réorienter ma carrière dans le domaine des systèmes de sécurité résidentiels et la domotique. Devrais-je faire un diplôme d'études professionnelles (DEP) ou un diplôme d'études collégiales (DEC)?» - Pascal

R : Le DEP Installation et entretien de systèmes de sécurité permet à l'élève d'acquérir les aptitudes nécessaires pour installer et entretenir un système d'alarme d'incendie, d'antivol, de communication d'urgence, de communication vocale et de télécommunication, de supervision de gicleurs, de contrôle d'accès et de surveillance vidéo. 

«Le programme est très pratique et il forme les élèves pour qu'ils soient prêts à travailler dans le secteur résidentiel, commercial ou industriel», indique André Ramier, enseignant au DEP au Centre de formation professionnelle Léonard-de Vinci, dans l'arrondissement Saint-Laurent, à Montréal. 

Le DEP de 1485 heures y est donné en 13 mois, avec une pause de deux semaines aux Fêtes et de quatre semaines l'été. 

Les cours se donnent en soirée, de 15h30 à 22h30. 

«Plusieurs élèves travaillent en même temps», précise l'enseignant. 

Ailleurs au Québec, le programme se donne à l'École des métiers et occupations de l'industrie de la construction de Québec et au Centre de formation Compétence-de-la-Rive-Sud, à La Prairie. 

À la fin du programme, un stage de deux semaines est réalisé en milieu de travail. 

Le Centre de formation professionnelle Léonard-de Vinci a commencé très récemment à offrir le programme et la première cohorte a terminé en février. 

«Tous les diplômés se sont trouvé un stage assez facilement et par la suite, plusieurs se sont fait offrir un emploi par de grosses compagnies», précise M. Ramier. 

En mars 2012, 88% des diplômés de 2011 au Québec étaient en emploi, dont 82% à temps plein en lien avec la formation. Le salaire hebdomadaire brut moyen était de 661$. Près de 6% des diplômés étaient à la recherche d'un emploi. 

Pour avoir accès aux chantiers de construction, le diplômé doit se trouver un employeur inscrit à la Commission de la construction du Québec (CCQ) qui lui garantit un minimum de 150 heures de travail afin d'obtenir son certificat de compétence comme apprenti. 

Qu'en est-il du DEC? 

«Les programmes couvrant la sécurité résidentielle et la domotique sont plutôt de niveau DEP, indique Pierre-Paul Bouchard, enseignant au département des technologies du génie électrique au Collège Ahuntsic. Les compétences des DEC, comme Technologie de l'électronique, sont beaucoup plus approfondies.»

Les élèves de ce programme de trois ans apprennent à assurer un soutien et des services techniques en matière de conception, de mise au point, d'essai, de production et d'exploitation de matériel, et de systèmes électriques et électroniques. 

De plus, plusieurs diplômés poursuivent leurs études à l'université. En mars 2013, c'était le cas de près de 43% des diplômés de 2012 de ce programme dans la spécialisation télécommunications. Ils étaient 52% en emploi, dont 78% à temps plein en lien avec la formation. Le salaire hebdomadaire brut moyen était de 821$. Ils étaient 3% à se chercher un emploi. 

Question d'actualité

Q : Quelle est la situation d'emploi des électriciens spécialisés en installation de systèmes de sécurité dans l'industrie de la construction?

R : L'industrie de la construction employait plus de 1100 salariés dans la spécialité d'installateur de systèmes de sécurité en 2012. Une très forte majorité travaille dans l'institutionnel et le commercial (94%), les autres sont dans le résidentiel (5%) et l'industriel (1%). Le salaire horaire en juillet 2013, d'après les conventions collectives, était de 17$ l'heure pour l'apprenti - première période - dans le secteur industriel, institutionnel et commercial, puis d'un peu plus de 28$ pour le compagnon. Les perspectives d'emploi sont plutôt bonnes, mais une légère baisse de la demande est prévue au cours des prochaines années. 

Source: Commission de la construction du Québec

Vous avez des questions sur le monde de l'emploi? Écrivez-moi à: mletarte@lapresse.ca




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer