Portrait: Michaël Tessier, designer graphique

Michaël Tessier travaille à la pige comme designer... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Michaël Tessier travaille à la pige comme designer graphique auprès de différents clients dans les milieux de la mode et de la publicité, entre autres.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

Je voulais exprimer ma créativité. J'aime aussi le fait que je puisse participer à des projets dans différents domaines comme le design, la publicité, la mode, l'illustration, le web ou le multimédia.

En quoi consiste votre travail?

Des clients sollicitent mes services pour créer une publicité ou revoir leur logo, par exemple. Ils ont une vision de ce qu'ils souhaitent, parfois même des idées. Je m'assure que le fruit de ma création respecte leurs besoins.

Qu'avez-vous fait comme études?

Une technique en graphisme au Collège Ahuntsic.

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai commencé ma carrière dans le domaine du détail chez Groupe Dynamite en tant que designer graphique junior. J'ai poursuivi mon parcours en publicité comme directeur artistique chez DentsuBos, puis chez Terrain Marketing. Aujourd'hui, je travaille à mon compte. J'ai récemment complété un mandat chez Groupe Dynamite en tant que gestionnaire créatif pour la bannière Garage.

Décrivez une journée typique de travail.

Je fais d'abord le suivi des projets en cours. Je rencontre des clients pour discuter de leur projet et mieux connaître leurs besoins. Ensuite, je retourne à mon bureau pour faire de la recherche. Je poursuis souvent la conversation avec mes clients par courriel ou par téléphone afin qu'ils me fournissent des renseignements qui m'aideront à créer. Après, j'élabore des maquettes à l'aide des logiciels Adobe, de mon bon vieux crayon et de mon carnet à dessiner.

Quel est votre plus grand défi?

Être efficace à tous les niveaux. Mon métier ne se limite pas à créer. Je gère un processus créatif qui exige de l'organisation et, à l'occasion, la coordination d'une équipe quand je fais affaire avec d'autres collaborateurs.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

C'est un milieu qui bouge beaucoup et qui m'amène à collaborer avec des gens passionnants et curieux.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Les gens croient à tort que les créatifs trouvent des idées rapidement. C'est faux. Parfois, on souffre souvent du syndrome de la page blanche.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut être curieux, créatif, ouvert d'esprit, minutieux, rigoureux... Il faut être capable de se mettre à la place du client pour saisir sa perception des choses.

Où pratique-t-on ce métier?

Dans les studios de graphisme, les agences de publicité, les agences web, les entreprises de multimédia, les maisons d'édition, les journaux, les réseaux de télévision, les entreprises de vente au détail... Partout, quoi!

En chiffres

Personnes en emploi (2011): 12 000

Perspectives d'emploi (2012-2016): acceptables

Taux de chômage (2011): modéré

Demande de main-d'oeuvre (2011-2016): modérée

Salaire horaire moyen: 18 à 20 $

Source: Emploi-Québec, Information sur le marché du travail




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer