Lozeau: la formation au quotidien

Manon Lozeau-Simard, copropriétaire de Lozeau (à gauche) et... (PHOTO FOURNIE PAR LOZEAU)

Agrandir

Manon Lozeau-Simard, copropriétaire de Lozeau (à gauche) et Patricia Aucoin, gérante des points de vente chez Lozeau.

PHOTO FOURNIE PAR LOZEAU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

Pour améliorer leur productivité et rester concurrentiels, les employeurs doivent former leur main-d'oeuvre. La Presse propose une série d'articles sur des entreprises qui ont investi dans la formation. Cette semaine, Lozeau, spécialiste de la photographie de la rue Saint-Hubert.

La formation du personnel a toujours été importante chez Lozeau, mais il y a une quinzaine d'années, l'entreprise a crû de façon importante.

«L'équipe grandissait et nous voulions nous assurer que nos clients soient toujours aussi bien servis, année après année, peu importe sur quel conseiller ils tombaient», explique Manon Lozeau-Simard, copropriétaire de Lozeau.

L'entreprise familiale fondée 1927 a alors décidé d'investir massivement en formation.

Plusieurs types de formation

Tous les employés peuvent d'abord assister aux «jeudis produits» en profitant du dîner offert par Lozeau.

«Un membre de notre personnel, un fournisseur, ou un conférencier présente un produit ou une technique lié à la photo ou la vidéo, explique Mme Lozeau-Simard. De nouveaux produits arrivent continuellement et les employés veulent les maîtriser.»

Plusieurs employés de Lozeau ont un intérêt personnel pour la photographie. C'est le cas de Patricia Aucoin, gérante des points de vente.

«Je vais à tous les jeudis produits, précise-t-elle. C'est intéressant et je souhaite être la plus polyvalente possible pour pouvoir répondre à une question d'un client même si ce n'est pas mon rôle premier.»

Parfois, les jeudis produits abordent un thème lié au bien-être, à la conciliation travail-famille, à la gestion des ressources humaines, à la sécurité, etc.

Les nouveaux venus sont formés dès leur arrivée.

«Nous prenons le temps d'expliquer aux employés les valeurs et la mission de l'entreprise, explique Mme Lozeau-Simard. Ensuite, on les forme en service à la clientèle et en vente.»

Lozeau organise aussi des formations liées aux besoins apparus lors de l'évaluation annuelle de chacun des employés.

Patricia Aucoin par exemple a perfectionné ses compétences en anglais, très utiles pour régler un pépin avec un client anglophone.

Des formations sont aussi organisées pour certains groupes d'employé. Les gestionnaires d'équipe peuvent par exemple avoir du perfectionnement sur la mobilisation des employés.

Patricia Aucoin a pour sa part participé à un cours sur la prévention de la fraude.

«Quelqu'un de la Banque du Canada est venu nous donner la formation pour reconnaître de la fausse monnaie et des fausses cartes», précise-t-elle.

Certains employés ont aussi la chance d'entreprendre à temps partiel des études universitaires payées par Lozeau, par exemple en commerce, en droit des affaires ou en programmation.

«Ce sont des employés en qui nous croyons particulièrement et qui ont démontré leur intérêt à rester avec nous», précise Mme Lozeau-Simard.

Les résultats

Avec tous ces projets pour ses 180 à 200 employés, Manon Lozeau-Simard précise dépasser largement le 1 % de la masse salariale exigé par la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d'oeuvre.

«La formation coûte cher et heureusement, Emploi-Québec nous donne un gros coup de main, mais je crois que c'est un des éléments qui nous différencie des concurrents, affirme la copropriétaire. Si on veut que les gens des différents départements travaillent de façon cohérente, ils doivent partager la même vision.»

Malgré le haut taux de roulement de personnel qu'on retrouve dans le domaine du commerce de détail, Lozeau a des conseillers-vendeurs en poste depuis plusieurs années.

«Nous embauchons des gens du monde de la photo et de la vidéo, dont plusieurs étudiants, précise Manon Lozeau-Simard. Ils se font des contacts ici, ils profitent de prix avantageux sur l'équipement et ils continuent d'apprendre. Plusieurs restent chez nous de nombreuses années à temps partiel par exemple en acceptant des contrats en photographie à leur compte.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer