Portrait: Karine Tisseur, enseignante à la maternelle

Karine Tisseur, 22 ans, est enseignante à la... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Karine Tisseur, 22 ans, est enseignante à la maternelle à l'école Notre-Dame-de-la-Paix, à Verdun.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers
La Presse

Portrait de Karine Tisseur, enseignante à la maternelle.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai toujours travaillé avec les enfants. Déjà adolescente, j'aimais les garder. J'ai eu des enseignants qui m'ont marquée et je voulais faire la même chose. J'aime ce que les enfants m'apportent.

En quoi consiste votre travail?

J'enseigne des connaissances et des habiletés de base comme les lettres, les chiffres, la motricité fine, la motricité globale. Je rencontre des parents et je participe à des réunions d'équipe.

Qu'avez-vous fait comme études?

Un DEC en Technique en éducation spécialisée au Collège de Valleyfield et un baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire à l'Université de Montréal.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Quand j'étais jeune, j'ai été monitrice de camp de jour dont deux années responsable de camp, et aussi gardienne d'enfants. J'ai réalisé différents stages en éducation spécialisée pendant ma technique, au primaire et au secondaire, puis quatre stages pendant mon baccalauréat. Pendant mes études, j'ai travaillé en aide aux devoirs et fait de la suppléance. Après mes études, j'ai obtenu ce contrat.

Décrivez une journée typique de travail.

Le matin je prépare ma journée, j'accueille les enfants, je fais avec eux leur routine du matin, puis une activité éducative. Avant le dîner, je leur lis une histoire. Le midi, ils vont à l'extérieur et le service de garde prend la relève. L'après-midi, il y a une période de détente silencieuse suivie d'une autre activité. À la fin de la journée, j'évalue leur journée à l'aide d'un code de couleurs dans leur agenda.

Quel est votre plus grand défi?

C'est d'être capable d'avoir de l'empathie pour les enfants qui vivent des difficultés familiales et de les réconforter tout en conservant un certain détachement émotif. Il faut être capable de se détacher et ne pas ramener ces problèmes à la maison.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

C'est un métier très valorisant. Chaque jour, j'ai l'impression que j'ai appris quelque chose aux élèves ou que je leur ai apporté de la joie et de l'encadrement.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

On a plusieurs rôles et tâches dans l'école, ce n'est pas seulement d'enseigner des connaissances, mais aussi d'intervenir, faire la discipline. Je participe à des réunions et des comités dans l'école.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Patience, dynamisme, empathie, bonne intelligence émotionnelle, être capable de se remettre en question et de garder son calme.

***

Salaire hebdomadaire moyen selon la formation : 776$

Nombre de personnes diplômées au Québec en 2011 : 1340

Nombre de diplômés en emploi : 90,5%

Nombre de personnes en emploi à temps plein : 66,1%

Nombre de personnes dont l'emploi est lié à la formation : 94,8%

Source : monemploi.com, 2011




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer