Exclusif

Libre-échange: marché conclu avec la Corée du Sud

Des véhicules de Kia s'apprêtent à quitter la... (PHOTO BLOOMBERG)

Agrandir

Des véhicules de Kia s'apprêtent à quitter la Corée du Sud par bateau. Stephen Harper a dû rassurer les députés conservateurs inquiets pour l'industrie automobile canadienne avant de conclure un traité de libre échange avec la Corée du Sud.

PHOTO BLOOMBERG

(OTTAWA) Après plusieurs tentatives ratées, le Canada réussit enfin sa percée sur le marché asiatique. Les négociations visant à parapher une entente de libre-échange entre le Canada et la Corée du Sud sont terminées. Le gouvernement Harper devrait annoncer les détails de cette entente accord au début de mars, a appris La Presse de plusieurs sources.

L'accord survient moins de cinq mois après que le Canada eut conclu une entente de libre-échange avec l'Union européenne et permet au gouvernement Harper de consolider son legs politique en faveur de la libéralisation du commerce.

Les producteurs de porc du Québec, qui souhaitent accroître leur part de marché en Asie, attendaient un tel dénouement avec impatience. La Corée du Sud est le septième partenaire commercial du Canada. En 2012, les exportations canadiennes vers la Corée se sont élevées à 3,7 milliards de dollars, alors que les importations en provenance de la Corée ont atteint 6,4 milliards.

Entreprises en 2003, les négociations entre le Canada et la Corée du Sud ont été mises sur la glace après que la Corée eut imposé un embargo sur les importations de boeuf canadien dans la foulée de la découverte de cas de maladie de vache folle en Alberta, en 2008. L'embargo a été levé en 2012, mais les pourparlers ont repris seulement en novembre dernier.

Pendant que les négociations piétinaient avec le Canada, la Corée du Sud a signé des accords commerciaux avec les États-Unis, l'Union européenne et l'Australie. Résultat: les entreprises canadiennes ont perdu leur part du marché sud-coréen au profit de concurrents étrangers.

Parts de marché perdues

En 2012, première année de l'entrée en vigueur de l'accord entre les États-Unis et la Corée, les exportations canadiennes vers ce pays ont chuté de 30%, ce qui représente une perte de 1,5 milliard.

La semaine dernière, des entreprises et des organisations représentant le secteur manufacturier du pays ont fait front commun pour exhorter le gouvernement Harper à accélérer le pas afin de conclure les pourparlers avec cet important marché asiatique.

«L'évincement graduel des entreprises canadiennes de ce marché stratégique important de l'Asie met en péril les emplois canadiens et la prospérité du pays», a affirmé ce regroupement dans une lettre ouverte au premier ministre Stephen Harper publiée il y a quelques jours.

Selon des informations obtenues par La Presse, M. Harper a dû surmonter la résistance de plusieurs députés de l'Ontario avant de conclure l'accord. Ces derniers ont exprimé de grandes réserves en raison de la concurrence féroce que risquent de livrer les entreprises sud-coréennes à l'industrie automobile, concentrée en Ontario. Des usines d'assemblage de véhicules sont situées dans plusieurs circonscriptions détenues par les conservateurs dans la région de Windsor et dans la région d'Oshawa, la circonscription du ministre des Finances Jim Flaherty.

Le premier ministre a pu obtenir l'aval de ses troupes en acceptant d'inclure dans le dernier budget fédéral des investissements de 500 millions dans la recherche et l'innovation dans le secteur automobile.

«Ces investissements de 500 millions ont permis de rallier la plupart des députés qui étaient réfractaires à un accord avec la Corée du Sud», a confirmé une source digne de foi qui s'exprimait à condition de ne pas être identifiée.

Au bureau du ministre du Commerce international, Ed Fast, on s'est montré prudent. «Les négociations se poursuivent. Créer des emplois et des possibilités pour les travailleurs et les exportateurs canadiens en renforçant les échanges avec les marchés asiatiques est une priorité économique de notre gouvernement», a dit Rudy Husny, porte-parole de M. Fast.

«Un accord de libre-échange avec la Corée permettrait de rétablir des conditions de concurrence pour les exportateurs canadiens par rapport à leurs concurrents américains et européens, après avoir diminué de 30% l'an dernier», a-t-il noté.

Un partenaire commercial important : 

> La Corée du Sud est le septième partenaire commercial du Canada.

> Exportations canadiennes en Corée du Sud (2012): 3,7 milliards

> Importations canadiennes en provenance de la Corée du Sud (2012): 6,4 milliards




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer