Exclusif

Brasserie New Deal: les anges investisseurs qui veulent boire bio

De gauche à droite : Olivier Thomann, maître-brasseur de la... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

De gauche à droite : Olivier Thomann, maître-brasseur de la Brasserie New Deal, Daleyne Guay, président, et Jean-François Giguère, chef du marketing. La nouvelle entreprise de Boucherville optera pour le créneau des bières biologiques.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Larocque
La Presse

Le marché des microbrasseries a beau être de plus en plus encombré, cela n'empêche pas des investisseurs privés et des institutions publiques de continuer à se bousculer au portillon.

Dans un local industriel de Boucherville, Daleyne Guay et ses associés s'apprêtent à lancer les activités de la Brasserie New Deal. Même si on parle d'une microbrasserie, on est loin d'une entreprise artisanale : pour maximiser les chances de succès, on a sondé des consommateurs au moyen de groupes de discussions (« focus groups »), consulté les grands acteurs du commerce de détail et travaillé avec l'agence Sid Lee pour la conception des canettes. Comme président du conseil d'administration, on a recruté Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques.

New Deal optera pour le créneau des bières biologiques, suivant ainsi les traces de la microbrasserie Le Castor, fondée en 2012 à Rigaud. Si l'entreprise obtient rapidement son permis de la Régie des alcools, ses trois premières bières, de marque Boldwin, seront offertes à partir d'octobre : une pale ale, une rousse et une IPA (India pale ale).

« Le défi, c'est la variété des matières premières. On peut avoir 150 houblons disponibles sur le marché, mais pas 150 houblons biologiques. Le spectre est un peu plus réduit », affirme le maître-brasseur Olivier Thomann, qui a travaillé pour le géant Labatt à Halifax et pour d'autres microbrasseries québécoises.

ENTREPRENEUR EN SÉRIE

M. Guay brasse de la bière chez lui depuis 1997. Mais c'est d'abord et avant tout un entrepreneur en série : il a créé puis revendu six entreprises, dont FanBox, dont il a cédé le contrôle en 2013 dans le cadre d'une transaction de plus de 4 millions. Pour New Deal, dont la première phase coûtera 3,5 millions, il a obtenu l'appui d'une dizaine d'anges investisseurs, de la Banque de développement du Canada et d'Investissement Québec.

ILS INVESTISSENT DANS LA BRASSERIE NEW DEAL

Pierre Wilkie, ancien propriétaire des Laboratoires Dr Renaud

Bertin Castonguay, ancien président de Permacon (produits de béton)

Jonathan Gaudreault, copropriétaire des broue-pubs Siboire

New Deal ambitionne de produire 15 000 hectolitres dans ses 12 premiers mois d'activité et de doubler sa capacité dès l'année suivante. L'entreprise deviendrait ainsi plus grosse que la division de brassage du groupe Archibald de Québec, qui vient d'être acquise par Labatt. La plus grande microbrasserie du Québec, RJ/McAuslan, a une production annuelle d'environ 170 000 hectolitres.

« Ça fait deux ans qu'on travaille sur le projet et dans le cadre de notre étude de marché, on a rencontré les acheteurs des grandes enseignes », explique Daleyne Guay.

« Leurs commentaires nous ont fait comprendre qu'il fallait démarrer deux fois plus gros si on veut pouvoir les approvisionner adéquatement. »

- Daleyne Guay, président de Brasserie New Deal

L'exportation aux États-Unis est aussi dans la ligne de mire.

Selon M. Guay, la croissance des microbrasseries est loin d'être terminée. « Les microbrasseries occupent 8,7 % du marché au Québec, alors que c'est 12 % aux États-Unis et plus de 35 % en Oregon, dit-il. Pour les produits biologiques, la croissance annuelle dépasse les 30 %. C'est même rendu que Costco vend plus d'aliments biologiques que la chaîne spécialisée Whole Foods. »

Daleyne Guay assure qu'il n'a pas l'intention de revendre New Deal comme il l'a fait avec ses entreprises précédentes. « C'est vraiment une affaire de passion », martèle-t-il.

DE NOUVELLES MICROBRASSERIES PARTOUT AU QUÉBEC

On compte actuellement plus de 120 microbrasseries et broue-pubs au Québec. Une dizaine d'entre eux ont ouvert au cours des 18 derniers mois : 

BockAle, Drummondville

Brouërie, Sutton

Riverbend, Alma

Mabrasserie, Montréal

Brasseurs de l'Outaouais, Gatineau

Chasse-pinte, L'Anse-Saint-Jean

Auval, Percé

La Pécheresse, La Tuque

Ras L'Bock, Saint-Jean-Port-Joli

L'Esprit de clocher, Neuville

Noctem Artisans brasseurs, Québec

Brasseurs du Moulin, Beloeil

Barbe Broue, Ville-Marie

À l'Abordage, Sutton

Harricana, Montréal




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer