Le producteur de bananes Chiquita rejette une offre de Cutrale et Safra

Dans le projet de fusion initial, Chiquita était... (Photo David Paul Morris, Bloomberg)

Agrandir

Dans le projet de fusion initial, Chiquita était valorisé 526 millions, mais le groupe devrait aussi bénéficier d'une réduction de sa facture fiscale en relocalisant son siège en Irlande.

Photo David Paul Morris, Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le spécialiste américain de la banane Chiquita Brands International a rejeté jeudi l'offre d'achat améliorée des groupes brésiliens Cutrale et Safra et a confirmé sa volonté de fusionner avec l'importateur et distributeur irlandais de fruits exotiques Fyffes.

«Le conseil d'administration a rejeté à l'unanimité l'offre de 14 dollars par action proposée par Cutrale Group et Safra Group», écrit Chiquita dans un communiqué, soulignant que cette dernière proposition le valorisant à 658 millions de dollars est «insuffisante».

À l'inverse, le groupe américain estime que l'offre de mariage de Fyffes va créer de la valeur pour ses actionnaires qui vont, en plus du prix initial, percevoir des primes par la suite si les perspectives de croissance annoncées se confirment.

En conséquence, le conseil d'administration de Chiquita, instance stratégique, recommande chaleureusement à ses actionnaires de voter en faveur du mariage avec le groupe irlandais lors de leur assemblée générale prévue le 24 octobre.

D'autant plus, assure Chiquita, que Cutrale et Safra, propriétés des riches hommes d'affaires Luis Cutrale et Joseph Safra, refusent de laisser leur offre sur la table en cas de vote négatif sur le rapprochement avec Fyffes.

«Les actionnaires de Chiquita n'ont pas de garanties que la proposition de 14 dollars par action en cash sera toujours valable si l'union avec Fyffes ne reçoit pas l'assentiment le 24 octobre», écrit la société américaine.

Cutrale et Safra ont fait savoir la veille que leur offre améliorée sur Chiquita était la dernière. Cette offensive visait à souffler le bananier à Fyffes.

Chiquita et Fyffes ont dû modifier fin septembre leur projet pour aller au bout de leur fusion censée donner naissance au numéro un mondial de la banane, avec une part du marché mondial de 18,7%.

Les actionnaires de Chiquita détiendront in fine 59,6% du capital de la société à naître du rapprochement, au lieu de 50,7% dans le projet initial présenté en mars.

Dans le projet de fusion initial, Chiquita était valorisé 526 millions, mais le groupe devrait aussi bénéficier d'une réduction de sa facture fiscale en relocalisant son siège en Irlande.

En cas d'annulation des noces, Chiquita devra dédommager Fyffes, selon l'accord entre les deux groupes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer