Café, sucre et cacao baissent de concert

Le café a atteint mercredi son plus bas... (Photo: Getty Images)

Agrandir

Le café a atteint mercredi son plus bas depuis cinq semaines et demie, à 1983 dollars la tonne à Londres et à 167,90 cents la livre à New York.

Photo: Getty Images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jessica BERTHEREAU
Agence France-Presse

Les prix des matières premières alimentaires ont tous décliné cette semaine, le café et le sucre repartant en baisse après avoir tenté un rebond la semaine dernière tandis que le cacao continuait de glisser.

Le café repart en baisse à cause des pluies au Brésil

Après avoir essayé de rebondir la semaine dernière, les cours du café sont repartis en baisse cette semaine, alors que davantage de pluies sont prévues au Brésil, premier producteur et exportateur mondial de café, a expliqué Jack Scoville, analyste de Price Futures Group.

Le café a ainsi atteint mercredi son plus bas depuis cinq semaines et demie, à 1983 dollars la tonne à Londres et à 167,90 cents la livre à New York.

«Les pluies en mars ont été très bénéfiques et la production s'est stabilisée. Davantage de pluies seront les bienvenues», a détaillé M. Scoville.

Ces pluies rassurent quelque peu les acteurs du marché alors que la sécheresse de janvier et de février au Brésil les avaient affolés, faisant craindre une forte diminution de l'offre brésilienne pour cette saison. Les cours du café avaient ainsi grimpé mi-mars jusqu'à des plus hauts depuis un an et demi à Londres (à plus de 2200 dollars) et deux ans à New York (dépassant 200 cents).

L'ampleur des dégâts ne pourra toutefois être complétement connue que lorsque la récolte commencera d'ici environ un mois, ont rappelé des analystes.

Le sucre fond dans un marché bien approvisionné

Les prix du sucre sont repartis à la baisse cette semaine, après avoir tenté un rebond la semaine d'avant.

Ce repli a principalement été causé par «la liquidation des positions vendeuses des fonds», alors que «les dommages causés par la sécheresse brésilienne pourraient être moins importants qu'initialement prévu» et que le marché «est très bien approvisionné en ce moment», a expliqué Sterling Smith, analyste chez Citi.

Le Brésil, premier producteur et exportateur mondial de sucre, a connu en début d'année une sécheresse exceptionnelle, ce qui a fait craindre une moindre production de sucre et a donc dopé les prix de cette matière première (jusqu'à leur plus haut en quatre mois début mars).

Le marché du sucre ne manque toutefois pas d'offre: selon l'Organisation internationale du sucre (ISO), il sera en excédent de production en 2013/2014, et ce pour la quatrième année consécutive.

Le cacao poursuit son lent repli en l'absence de nouveautés

Les cours du cacao ont poursuivi leur lent déclin cette semaine, en l'absence d'informations nouvelles sur le marché.

La fève brune a atteint mercredi à Londres son plus bas niveau depuis trois semaines et demi (à 1841 livres sterling la tonne) et à New York son minimum depuis un mois (à 2905 dollars la tonne).

«Il n'y a pas de problèmes de météo urgents dans les zones de culture en ce moment et sans nouvelles fraîches, le marché va probablement continuer à dériver à la baisse», a expliqué M. Smith.

Il y a deux semaines, les cours du cacao avaient de nouveau atteint leurs plus hauts niveaux depuis deux ans et demi (1902 livres sterling à Londres et 3039 dollars à New York), dans un marché où la demande est en forte progression tandis que l'offre reste contrainte.

Selon l'Organisation internationale du cacao (ICCO), le marché mondial du cacao devrait être de nouveau en déficit au cours de la saison 2013/2014 (115 000 tonnes) et le rester jusqu'en 2018/2019.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer