La Fed devrait être confortée par la croissance américaine

L'édifice de la Réserve fédérale américaine à Washington... (PHOTO ANDREW HARRER, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

L'édifice de la Réserve fédérale américaine à Washington

PHOTO ANDREW HARRER, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Virginie Montet
Agence France-Presse
Washington

La croissance américaine a affiché un rythme relativement solide au 3e trimestre, un nouvel argument en faveur du resserrement monétaire envisagé par la Banque centrale (Fed) dès sa réunion de la mi-décembre.

L'économie des États-Unis a cru l'été dernier à un rythme un peu supérieur à celui précédemment évalué, avançant de 2,1% en rythme annualisé, selon la deuxième estimation du ministère du Commerce publiée mardi, contre 1,5% pour la première évaluation.

C'est néanmoins une croissance moins rapide que celle du 2e trimestre où l'expansion avait rebondi à 3,9%, après l'hiver long et rigoureux du début 2015.

Les analystes tablaient sur une révision de la croissance un peu moindre à 2% au troisième trimestre.

Les consommateurs sont restés la locomotive de cette expansion modérée. Leurs dépenses, qui représentent généralement les deux tiers du Produit intérieur brut (PIB) américain, ont progressé de 3%, un rythme un peu moins fort que précédemment estimé.

Du côté des entreprises, l'accumulation des stocks a finalement moins pesé sur la production qu'on ne l'estimait précédemment. Hormis les investissements dans les structures de l'industrie pétrolière qui ont encore chuté (-7,1%), les entreprises ont continué d'augmenter leurs dépenses (+2,4%) mais moins vite qu'au printemps.

Le marché immobilier a affiché un rythme plus soutenu qu'anticipé (+7,3%) de juillet à septembre, un dynamisme qui s'est confirmé avec la publication mardi également de l'indice Case Shiller montrant un bond des prix immobiliers (+0,6%) en septembre.

Sur le front du commerce international, dans un contexte de nette appréciation du dollar et de morosité économique à l'étranger, les exportations ont augmenté plus faiblement qu'au 2e trimestre. Les importations ont, elles, continué de progresser, le dollar fort rendant les produits étrangers moins chers.

«La demande étrangère qui ralentit continue de peser sur la croissance, ce qui souligne l'importance des politiques soutenant une forte demande intérieure au lieu d'une austérité inutile», a réagi la Maison-Blanche dans un communiqué.

Les attentats de Paris: quel impact ?

Aux yeux de la Réserve fédérale (Fed), qui tient une réunion de politique monétaire les 15 et 16 décembre, ce rythme de croissance confirme, sans plus, qu'une première hausse des taux est possible. «C'est assez fort pour autoriser un relèvement des taux mais pas assez pour en réclamer un», a résumé l'économiste de FTN Financial Chris Low.

Les taux d'intérêt sont maintenus proches de zéro depuis sept ans pour soutenir la reprise et la Fed a indiqué à plusieurs reprises que si les données économiques le permettaient, elle envisagerait une hausse des taux directeurs --la première en presque une décennie-- à sa réunion de décembre.

Lundi encore, Janet Yellen, la présidente de la Fed, a indiqué que si «l'économie continue de croître, le marché de l'emploi de progresser et si l'inflation remonte vers notre objectif (...) il serait approprié de commencer à normaliser les taux d'intérêt».

Les attentats de Paris vont-ils faire peser de nouvelles incertitudes sur l'économie mondiale, comme s'interroge Joel Naroff, économiste indépendant ?

«Ce serait une réaction logique, mais l'histoire montre que les grands événements négatifs font rarement trébucher l'économie», affirme cet analyste rappelant qu'après les attaques du 11 septembre 2001, la croissance américaine avait été positive au 4e trimestre.

«Les attaques d'aujourd'hui ne feront que renforcer les dépenses de sécurité, et même si les consommateurs deviennent d'abord plus prudents, les dépenses rebondissent rapidement», affirme-t-il.

La confiance des consommateurs américains a toutefois dégringolé de façon surprise en novembre, selon l'indice du Conference Board publié mardi.

La Réserve fédérale prévoit pour l'ensemble de l'année 2015 une croissance de 2,1% pour la première économie mondiale, après 2,4% en 2014, tandis que de nombreux économistes misent sur une expansion un peu supérieure (+2,5%).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer