Vice Media va lancer une douzaine de chaînes télé en Europe

Vice Media a déjà lancé cette année sa... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Vice Media a déjà lancé cette année sa première chaîne de télévision, au Canada, en partenariat avec l'un des principaux groupes de télécommunications du pays, Rogers Communications.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le groupe américain Vice Media va lancer une douzaine de chaînes de télévision en Europe dans l'année à venir, a annoncé vendredi son directeur général, Shane Smith, assurant que son groupe approcherait le milliard de dollars de chiffre d'affaires cette année.

Il a également indiqué, lors d'un entretien à la chaîne d'information financière CNBC, que Vice allait créer, l'année prochaine, une chaîne aux États-Unis.

Il n'a pas précisé quel rôle jouerait le groupe de télévision A&E Networks (société commune entre Disney et Hearst), actionnaire minoritaire de Vice.

En avril, le New York Post avait affirmé que le groupe A&E confierait à Vice le cadre de sa chaîne H2 (déclinaison de History Channel) pour développer ses propres programmes.

Sollicité par l'AFP, Vice Media n'a pas donné suite.

«Nous voulons pouvoir aller voir les marques et leur dire: nous pouvons faire de la télé, de la diffusion mobile, en ligne, on peut tout faire», a expliqué Shane Smith.

Vice Media a déjà lancé cette année sa première chaîne de télévision, au Canada, en partenariat avec l'un des principaux groupes de télécommunications du pays, Rogers Communications.

Selon Shane Smith, Vice Media vend actuellement du contenu télévisé dans 28 pays.

En France, Vice propose un magazine d'information quotidien sur France 4 du lundi au vendredi.

Le groupe va également bientôt produire une émission quotidienne d'information sur la chaîne câblée HBO, qui diffuse déjà un magazine de Vice.

Shane Smith a affirmé que Vice Media réaliserait en 2015 un chiffre d'affaires proche du milliard de dollars et qu'il prévoyait de le voir doubler dans les deux ans.

Il a répété, comme il l'avait déjà fait précédemment, que Vice Media valait selon son estimation quelque cinq milliards de dollars, et qu'il s'interrogeait sur l'avenir capitalistique du groupe.

«Nous sommes à la limite de valorisation pour qu'un groupe de médias puisse nous acheter», a-t-il expliqué. «Si vous allez au-delà, c'est soit l'un des grands des télécoms, soit Apple, soit Google».

«Là, il faut se demander si lorsqu'on est trop cher pour un groupe de médias, il ne vaut pas mieux aller en Bourse», a-t-il poursuivi.

Depuis 2013, plusieurs investisseurs ont pris des participations minoritaires au capital de Vice.

Fox a acquis 5% moyennant 70 millions de dollars, A&E 10% pour 250 millions et la société de capital-investissement Technology Crossover Venture a également investi 250 millions en échange de 10% environ des parts.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer