Yellen veut voir la reprise s'affirmer avant de relever les taux

Janet Yellen... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS)

Agrandir

Janet Yellen

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Virginie Montet
Agence France-Presse
Washington

La présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), Janet Yellen, a réitéré mardi la «patience» de la Fed sur une prochaine hausse des taux, soulignant des progrès «considérables» sur le front de l'emploi mais une situation économique à l'étranger pouvant poser des risques.

Saluant les progrès «sur plusieurs plans» du marché du travail américain, Mme Yellen a prévenu dans son témoignage bisannuel au Congrès que les prix allaient continuer à baisser à court terme du fait de l'effondrement des prix du pétrole, avant de remonter «à moyen terme» vers l'objectif de 2% d'inflation annuelle que se fixe la la Fed.

L'inflation se situe actuellement à 0,8% seulement sur un an, selon l'indice PCE, le plus observé par la Fed.

De plus les conditions économiques en Chine et en Europe peuvent poser «des risques» à la croissance des États-Unis, même si ceux-ci restent «équilibrés», a encore affirmé Mme Yellen devant les élus de la Commission bancaire du Sénat.

«Nous avons suffisamment de croissance de la demande intérieure» a-t-elle noté. Elle a mentionné néanmoins au rang des déceptions, la lenteur de la reprise du marché immobilier du fait d'une diminution de l'accession à la propriété des jeunes foyers, peut-être trop endettés par les prêts étudiants.

Hausse peu probable avant juin

«On veut voir la saine reprise continuer» avant de relever les taux, a résumé Mme Yellen répétant qu'une hausse avant juin est «peu probable».

«Si les conditions économiques continuent de s'améliorer, comme le prévoit le Comité, celui-ci commencera à considérer une hausse des taux (...) d'une réunion à l'autre». Avant cela, le Comité «changera son message d'orientation monétaire» qui invoque actuellement de la patience, a expliqué Mme Yellen.

Elle a insisté sur le fait que cela ne signifiera pas que la Fed augmentera «nécessairement» les taux au cours des prochaines réunions après avoir modifié son indication d'orientation monétaire.

Les taux d'intérêt sont maintenus proches de zéro depuis fin 2008. Une hausse initiale serait la première en près d'une décennie.

Se félicitant du fait que le taux de chômage est tombé à 5,7%, contre 10% fin 2009, la responsable de la Fed a signalé dans le même temps que l'augmentation des salaires demeurait «faible».

-Opposée à l'audit de la Fed- Paul Ashworth, économiste de Capital Economics, s'est dit «frappé par le ton plus optimiste» de la dirigeante de la banque centrale sur le marché de l'emploi et affirme que «la Fed se rapproche clairement d'une hausse des taux» qu'il prévoit toujours pour juin.

Pour Jim O'Sullivan, économiste en chef de HFE, Janet Yellen est apparue également «assez positive» sur la reprise, ce qui implique «que la normalisation de la politique monétaire va commencer sous peu».

Évoquant la conjoncture à l'étranger, Mme Yellen a reconnu que le ralentissement de la croissance en Chine et la faible reprise assortie d'une inflation «très faible» en Europe pouvaient «poser des risques» pour la croissance américaine.

Mais il n'est pas exclu, a-t-elle ajouté, qu'en zone euro l'activité économique réponde «mieux que prévu» au stimulus monétaire apporté par la Banque centrale européenne (BCE).

Interrogée par les sénateurs sur les velléités de projets de loi au Congrès de mieux contrôler la Réserve fédérale, Mme Yellen s'est déclarée «fortement opposée» au mouvement «Audit the Fed».

Des propositions de loi, soutenues par le camp républicain, revendiquent davantage de transparence de la part de la banque centrale et plus de contrôle sur ses décisions.

«La transparence de nos opérations (...) est essentielle» mais ces projets de loi constitueraient «une pression politique à court terme» sur les choix monétaires de la banque centrale, a déclaré Mme Yellen.

À propos de la normalisation de la politique monétaire, après une première hausse des taux, Mme Yellen a annoncé que la Fed chercherait à réduire le volume des actifs (bons du Trésor et titres appuyés sur des créances hypothécaires) accumulés à son bilan par la généreuse politique d'assouplissement monétaire ces dernières années.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer