Adieu les déficits, bonjour les surplus

Le ministre des Finances, Joe Oliver, prévoit que... (PHOTO MARK BLINCH, REUTERS)

Agrandir

Le ministre des Finances, Joe Oliver, prévoit que le surplus pour l'exercice financier de 2015-2016 atteindra 1,9 milliard de dollars.

PHOTO MARK BLINCH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le gouvernement fédéral tournera définitivement la page sur sept années de budgets déficitaires en 2015 et engrangera des surplus alléchants au cours des cinq prochaines années, malgré les importantes baisses d'impôts annoncées récemment par le premier ministre Stephen Harper et la chute des prix du pétrole.

Le ministre des Finances, Joe Oliver, prévoit que le surplus pour l'exercice financier de 2015-2016 atteindra 1,9 milliard. Mais ce premier surplus pourrait être plus élevé, soit 4,9 milliards, si Ottawa n'utilise pas la réserve annuelle de 3 milliards qu'il a recréée, il y a 2 ans, afin de parer aux imprévus qui pourraient modifier ses projections économiques.

L'équilibre en 2015

Le gouvernement Harper rétablira donc l'équilibre budgétaire en 2015, année où les Canadiens seront appelés aux urnes. Dans son dernier budget, le gouvernement conservateur prévoyait un excédent plus important de 6,4 milliards en 2015-2016, mais ce chiffre doit être revu à la baisse en raison des réductions d'impôts annoncées par le premier ministre et de la chute du cours du pétrole.

En 2016-2017, le surplus sera de 4,3 milliards et il atteindra 5,1 milliards en 2017-2018, 6,8 milliards en 2018-2019 et 13,1 milliards en 2019-2020, selon les projections dévoilées hier à Toronto par le ministre Oliver dans sa mise à jour économique. Mais encore une fois, ces excédents pourraient bondir de 3 milliards chaque année si le coussin financier pour contrer les chocs économiques n'est pas utilisé.

Le gouvernement fédéral aurait pu mettre fin à l'encre rouge dès le présent exercice financier si les conservateurs n'avaient pas accordé des baisses d'impôts rétroactives au 1er janvier 2014 et totalisant 3,2 milliards. Ces baisses d'impôts - le fractionnement du revenu pour les couples ayant des enfants de moins de 18 ans (2,7 milliards) et le crédit pour l'emploi aux petites entreprises pour les inciter à embaucher de nouveaux travailleurs (500 millions) - accaparent une bonne partie de la marge de manoeuvre financière d'Ottawa, si bien qu'un déficit de 2,9 milliards est prévu pour 2014-2015.

Toutefois, le coussin financier de 3 milliards, s'il n'est pas utilisé, permettrait au gouvernement fédéral d'enregistrer un surplus dès cette année de 100 millions de dollars.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti libéral du Canada (PLC) s'opposent à la mesure permettant le fractionnement du revenu. Ils soutiennent que cela favorise les familles les plus riches et n'aide en rien la classe moyenne ou les familles moins fortunées. Le chef du PLC, Justin Trudeau, a promis d'annuler cette mesure.

«Le retour à l'équilibre budgétaire est une réalisation remarquable, en particulier quand on voit tant de pays qui sont encore enlisés dans des déficits importants. [...] Ce n'est pas facile de rétablir l'équilibre budgétaire. Les budgets ne s'équilibrent pas tout seuls, après tout. Il faut avoir un plan et une discipline pour le mettre en oeuvre», a dit le grand argentier pays.

Dans sa mise à jour économique, le ministre Oliver se félicite de voir que le fardeau fiscal fédéral est aujourd'hui à son niveau le plus bas en plus de 50 ans.

5 milliards de réductions d'impôts

À partir de l'an prochain, les réductions d'impôts friseront d'ailleurs les 5 milliards, si l'on ajoute la bonification de la prestation universelle pour la garde d'enfants qui passera de 100 à 160$ par mois pour les enfants âgés de moins de 6 ans à partir du 1er janvier 2015. Cette prestation sera aussi élargie à la même date pour inclure les enfants de 6 à 17 ans (60$ par enfant).

Dans son discours devant le Canadian Club de Toronto, M. Oliver a aussi tenu à souligner que le Canada a réussi à tirer son épingle du jeu malgré l'incertitude économique mondiale qui persiste, notamment en Europe. Toutefois, la récente chute de 25% des prix du pétrole brut aura un impact important sur les revenus d'Ottawa. À elle seule, cette baisse privera Ottawa de 500 millions en revenus cette année et de 2,5 milliards l'an prochain et au cours des 3 années subséquentes. Par prudence, le ministre Oliver tablera sur un prix moyen de moins de 70$US le baril.

Le retour à l'équilibre budgétaire permettra de stabiliser la dette accumulée à 615,8 milliards en 2014-2015. Elle pourrait être réduite d'au moins 3 milliards par année à partir du prochain exercice financier si le coussin financier n'est pas utilisé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer