Ackman met la main sur près de 10% de Zoetis

Bill Ackman... (Photo Chris Goodney, archives Bloomberg)

Agrandir

Bill Ackman

Photo Chris Goodney, archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le milliardaire et investisseur activiste américain Bill Ackman, l'une des voix les plus influentes de Wall Street, s'est emparé de près de 10% du capital du groupe de santé animale Zoetis, ex-filiale de Pfizer, avec un associé, a-t-on appris mardi.

Cette information, dont a fait état en premier le Wall Street Journal en fin de séance de la Bourse new-yorkaise, a fait bondir l'action de 8,86% à 43,72 dollars.

Le fonds Pershing Square a confirmé une prise de participation à hauteur de 8,5% du capital de Zoetis et une association avec le fonds spéculatif Head Capital Management, dirigé par un protégé de M. Ackman, Scott Ferguson, dans un communiqué.

M. Ferguson s'est quant à lui emparé d'environ 1,6% des parts de l'ancienne filiale du géant pharmaceutique Pfizer.

Avec environ 10,1% du capital du groupe, leur participation pesait quelque 2,2 milliards de dollars mardi soir, Zoetis affichant une capitalisation boursière d'environ 22 milliards après son envolée boursière.

Zoetis «a reçu un appel de Bill Ackman de Pershing Square indiquant que le fonds avait investi dans Zoetis», avait également indiqué à l'AFP plus tôt dans la journée un porte-parole de l'ex-filiale de Pfizer, William Price.

M. Price a ajouté que Zoetis allait donner davantage de détails lors de la journée de présentation de l'entreprise aux investisseurs le 18 novembre prochain. Zoetis entend y débattre de sa stratégie de croissance.

Et, comme à chaque fois qu'il fait son entrée dans le capital d'une entreprise, M. Ackman aurait fait part à Zoetis de sa volonté de voir l'entreprise adopter une nouvelle orientation stratégique.

Celle-ci consiste à fusionner avec un grand groupe pharmaceutique, en l'occurrence avec le laboratoire canadien Valeant, selon le WSJ.

Bill Ackman et Valeant sont confrontés depuis avril au refus du fabricant du traitement contre les rides Botox, Allergan, de fusionner avec le groupe canadien malgré plusieurs offres d'achat relevées.

Les deux parties sont à couteaux tirés. Allergan, détenu à 9,7% par le milliardaire, s'est tourné vers un chevalier blanc qui se trouve être le groupe pharmaceutique Actavis. Les deux groupes sont en négociations actuellement.

Au troisième trimestre, Zoetis a enregistré un bénéfice net de 166 millions de dollars, en hausse de 3,1% sur un an, pour un chiffre d'affaires de 1,21 milliard (+9,7% sur un an).

Pfizer était complètement sorti du capital de son ex-filiale de santé animale quelques mois après son entrée en Bourse en fanfare en février 2013.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer