É.-U.: hausse des taux à prévoir en 2015

Les économistes de l'Association nationale pour l'économie d'entreprise aux... (PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les économistes de l'Association nationale pour l'économie d'entreprise aux États-Unis (NABE) s'attendent à ce que la Réserve fédérale (Fed) relève ses taux d'intérêt au deuxième trimestre 2015, «voire plus tard».

Selon l'enquête trimestrielle de la NABE publiée lundi et réalisée auprès de 76 économistes travaillant pour le secteur privé, 36 % d'entre eux pensent que la Fed relèvera ses taux au 2e trimestre 2015, mais 36 % également pensent que cela interviendra plus tard dans l'année.

L'enquête a été effectuée entre le 22 septembre et le 1er octobre, avant les turbulences observées sur les marchés financiers.

«En ce qui concerne l'évolution de la politique monétaire, les économistes interrogés s'attendent à des augmentations lentes et modérées des taux d'intérêt à court terme au cours de 2015», a commenté un des responsables de l'enquête, Jim Diffley. Selon ces économistes d'entreprises ou de branches professionnelles, une hausse des taux à court terme par la Fed, qui se situent actuellement proche de zéro, ne se fera «matériellement sentir» que lorsque ceux-ci dépasseront 100 points de base (1 %).

La vaste majorité des économistes (85 %) prévoient par ailleurs que la croissance aux États-Unis dépassera les 2 % au cours des quatre prochains trimestres, un progrès par rapport à leur opinion en juillet (78 %). Parmi eux, 28 % estiment que l'expansion dépassera le rythme de 3 % (contre 23 % en juillet).

Le produit intérieur brut (PIB) américain a progressé de 4,6 % en rythme annualisé d'avril à juin après avoir reculé de 2,1 % au premier trimestre, du fait d'un hiver rigoureux. La première estimation du gouvernement pour la croissance au troisième trimestre doit être publiée le 30 octobre.

Une courte majorité (51 %) reconnaît que le ralentissement économique dans la zone euro «pourrait avoir un impact significatif ou mineur» sur leur activité tandis que 49 % ne prévoient pas d'impact.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer