Étude: les Américains souffrent de détresse psychologique

Plus de 8,3 millions d'Américains souffrent de troubles... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Plus de 8,3 millions d'Américains souffrent de troubles psychologiques, tels que des sentiments de tristesse, de l'agitation et de l'irritabilité.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Jamais une aussi grande proportion de la population américaine n'avait souffert de détresse psychologique sévère, selon une étude publiée lundi qui révèle aussi une incapacité du pays à faire face à la demande grandissante de soins de santé mentale pour ces personnes.

Des chercheurs ont analysé les statistiques fédérales de 2006 à 2014 et ont conclu que 3,4% des Américains, soit plus de 8,3 millions de personnes, souffrent de ces troubles psychologiques que les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) définissent comme des sentiments de tristesse, de l'agitation et de l'irritabilité qui peuvent affecter le bien-être physique.

Une enquête effectuée il y a plus de dix ans indiquait que 3% ou moins des Américains en souffraient, précisent les auteurs dont l'étude paraît en ligne dans la revue Psychiatric Services.

«Nous estimons que des millions d'Américains ont un niveau de détresse émotionnelle qui réduit leur qualité de vie et écourte leur espérance de vie», résume la Dre Judith Weissman, une chercheuse au Centre médical Langone de l'Université de New York, principale auteure.

«Notre étude pourrait aussi aider à expliquer pourquoi le taux de suicide est en hausse pour atteindre 43 000» cas par an, ajoute-t-elle.

Selon une étude parue fin 2015 par l'Américain Angus Deaton, prix Nobel d'Économie, le taux de mortalité chez les Américains blancs d'âge moyen, qui était en déclin depuis 1978, a recommencé à augmenter depuis quinze ans en raison des abus d'alcool, de drogue et des suicides, surtout chez les populations défavorisées.

Celle publiée lundi indique que l'accès aux soins mentaux pour les personnes souffrant de détresse émotionnelle a diminué.

Les chercheurs citent, entre autres, une pénurie de professionnels, une augmentation des coûts qui ne sont pas couverts par les assurances maladie, ainsi que les effets de la crise économique de 2008.

La Dre Weissman relève que la situation paraît s'être empirée malgré le vote en 2008 d'une loi dédiée ("Mental Health Parity and Addiction Equity Act") et l'adoption en 2010 d'«Obamacare» ("Affordable Care Act"), mesure phare de la présidence de Barack Obama que Donald Trump veut abroger.

Près d'un Américain sur dix (9,5%) souffrant de détresse psychologique sévère n'avait ainsi pas de couverture médicale permettant de consulter un psychiatre ou un psychologue en 2014, comparativement à 9% en 2006.

Et quelque 9,9% n'avaient pas les moyens en 2014 de payer leurs médicaments contre 8,7% en 2006.

Plus de 35 000 ménages américains représentant plus de 200 000 personnes âgées de 18 à 64 ans qui appartiennent à toutes les ethnies et groupes socio-économiques ont participé à cette enquête annuelle des CDC.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer