Exclusif

Des médecins payés pour superviser les «superinfirmières»

L'an dernier, 1767 médecins se sont partagé près... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'an dernier, 1767 médecins se sont partagé près de 7 millions de dollars pour la «supervision» des infirmières praticiennes spécialisées et la «surveillance» de leurs activités médicales, selon des données de la Régie de l'assurance maladie du Québec obtenues par la CAQ.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

(Québec) Des médecins se sont partagé près de 7 millions de dollars l'an dernier pour superviser les 358 «superinfirmières», une situation dénoncée par la Coalition avenir Québec (CAQ) et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

L'an dernier, 1767 médecins ont touché ce forfait pour la «supervision» des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) et la «surveillance» de leurs activités médicales, selon des données de la Régie de l'assurance maladie du Québec obtenues par la CAQ. Ils ont reçu un total de 6,9 millions de dollars en 2017, pour une moyenne de 3905 $ chacun. Dit autrement, ajoute la CAQ, chaque IPS permet à des médecins de récolter un peu plus de 19 000 $.

«C'est une prime qui, pour nous, n'a pas lieu d'être», affirme le porte-parole de la CAQ en matière de santé, François Paradis. Ce forfait pour superviser les IPS est à ses yeux «injustifié», puisqu'elles sont «les mieux formées, les plus hautes dans la hiérarchie» du corps infirmier.

«C'est une forme de snobisme médical qui nous coûte des sous.»

La CAQ rappelle que le gouvernement Couillard s'est engagé à ce que le Québec compte 2000 IPS d'ici 2024. Le coût du forfait pourrait alors atteindre près de 40 millions, selon ses calculs.

«C'est insultant de voir les médecins recevoir autant d'argent pour superviser les IPS alors qu'elles n'ont pas besoin de supervision», affirme la présidente de la FIQ, Nancy Bédard. Selon la chef syndicale des infirmières, les IPS sont «encore réellement sous le joug des médecins».

«On est pas mal tannés de voir comment les IPS sont utilisées par l'appareil médical au Québec alors qu'elles ont vraiment une compétence et une autonomie qui devraient leur être reconnues», soutient-elle.

Un forfait justifié, dit le ministre Barrette

Pour le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, le forfait est justifié. Il fait valoir que l'IPS peut faire des actes de façon autonome, mais un médecin doit être rémunéré si elle lui demande «un conseil» ou «un ajustement dans l'approche diagnostique» d'un patient. C'est pourquoi un montant forfaitaire est versé au médecin, a-t-il expliqué. «Le partenariat [voulu entre le corps médical et les IPS] commande qu'il y ait une rémunération liée à ça pour le médecin.»

Il a ajouté que les 7 millions versés l'an dernier représentent «une petite somme dans l'enveloppe totale de rémunération» des médecins.

Le forfait pour la supervision des IPS existe depuis 2010, en vertu d'une entente entre le gouvernement et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ). Le ministre de la Santé de l'époque, Yves Bolduc, avait justifié la mesure en disant qu'il est normal qu'un médecin soit payé lorsqu'il discute des cas de patients avec une IPS. Cette entente visait à favoriser l'intégration des IPS dans les cabinets auprès de «médecins partenaires».

Selon les explications diffusées par la RAMQ sur son site internet, «le médecin partenaire a droit à des activités rémunérées liées à la surveillance générale des activités médicales de l'IPS ou à la supervision directe de la candidate IPS. Ces activités incluent les discussions de cas, les rencontres d'équipe et la révision des dossiers. Elles sont rémunérées à l'acte par un ou plusieurs forfaits hebdomadaires». C'est en vertu de ces règles que des médecins ont touché près de 7 millions l'an dernier.

En plus du forfait pour la supervision, le «médecin partenaire» reçoit également des sommes pour compenser certains frais d'exploitation liés à l'accueil d'une IPS et concernant le loyer, le secrétariat et l'achat de matériel. Ces sommes sont quant à elles acceptables, soulignent la CAQ et la FIQ.

Par ailleurs, le travail des IPS contribue au fait que des médecins touchent d'autres forfaits à certaines conditions - pour la prise en charge et le suivi de patients, par exemple. Les visites et les consultations effectuées par l'IPS sont prises en compte dans un calcul permettant au médecin partenaire d'obtenir un «supplément au volume de patients inscrits». De plus, une IPS peut inscrire un patient jugé non vulnérable auprès de son médecin partenaire, qui touchera alors un forfait pour l'inscription.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer