Vers un système d'avis de grossesse à Montréal

Selon les dernières statistiques disponibles, 39 % des femmes... (Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

Selon les dernières statistiques disponibles, 39 % des femmes enceintes de Montréal ne sont pas vues par un professionnel de la santé au premier trimestre de leur grossesse (36 % pour l'ensemble du Québec).

Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

La santé publique de la métropole souhaite faciliter l'accès aux soins médicaux pour les femmes enceintes dès leur premier trimestre.

À Montréal, quatre femmes sur dix ne sont pas suivies durant le premier trimestre de leur grossesse, s'inquiète la Direction de santé publique de la Ville, alors qu'une visite chez un professionnel de la santé avant la 13e semaine de gestation est jugée primordiale. Pour mettre fin aux risques qu'encourent ces femmes, un système d'avis de grossesse est en préparation, a appris La Presse. 

« Le premier trimestre de grossesse, c'est là que tout se passe : c'est à ce moment-là que le bébé se forme en grande partie », fait d'abord observer la Dre Chantal Lacroix, médecin-conseil à la Direction de santé publique de Montréal.

C'est aussi à ce moment-là que sont entrepris des dépistages pour la trisomie, mais aussi pour le VIH. « Si une trithérapie est entreprise dès le début de la grossesse, il y a beaucoup de chances pour que l'enfant naisse sans être affecté », précise la Dre Lacroix.

La Dre Catherine Dea, sa collègue à la santé publique, rappelle aussi l'importance de faire de la prévention en début de grossesse et de rappeler à chacune d'éviter la cigarette, l'alcool, les drogues et de bien s'alimenter.

Or, souligne la Dre Lacroix, « le premier trimestre d'une grossesse, ça passe vite » et l'accès à un médecin est souvent difficile.

Selon les dernières statistiques disponibles, 39 % des femmes enceintes de Montréal ne sont pas vues par un professionnel de la santé au premier trimestre de leur grossesse (36 % pour l'ensemble du Québec).

RECHERCHE COMPLIQUÉE

Toutes les femmes devraient pourtant être suivies dès le premier trimestre, insistait déjà en 2014 l'Agence de la santé et des services sociaux (dans État de situation sur la santé des Montréalais et ses déterminants).

Ces taux datent de novembre 2011. Une mise à jour a été demandée, mais à la santé publique de Montréal, ce sont ceux sur lesquels on s'appuie parce qu'on ne s'attend pas à ce que le portrait se soit sensiblement amélioré. 

Car en 2011 comme aujourd'hui, quand une femme apprend qu'elle est enceinte, elle apprend souvent en même temps, non sans surprise, que son médecin de famille ne fait pas de suivi de grossesse. 

Pour toutes sortes de raisons, entre autres parce que les grossesses sont plus tardives et les dépistages plus poussés, « le suivi de grossesse est aujourd'hui plus compliqué, et c'est devenu en quelque sorte une spécialité que ne font pas tous les médecins de famille », explique la Dre Lacroix.

Les femmes prennent donc le téléphone et se mettent à la recherche d'un médecin. Dans les hôpitaux pédiatriques, on leur répondra le plus souvent que l'on ne suit que les femmes dont les grossesses sont à risque. La grande majorité des femmes aboutiront donc au CLSC, qui leur remettra une liste de médecins à appeler.

Ce que la Direction de santé publique cherche à faire avec la mise en place d'un système d'avis de grossesse, explique la Dre Lacroix, c'est créer « une porte d'entrée commune pour avoir accès à des soins médicaux et des ressources psychosociales ».

Autrement dit, « le but, c'est de faire le magasinage pour les femmes », illustre la Dre Lacroix.

Elle donne l'exemple de l'acte de naissance, qui, après l'accouchement, permet d'identifier chaque enfant qui vient au monde au Québec.

S'il ne s'agit évidemment pas d'en faire une mesure de nature coercitive, l'avis de grossesse permettrait de savoir qui est enceinte et de donner à chacune les informations et les soins dont elle a besoin.

Certaines régions ont déjà mis en place un tel système d'avis de grossesse. La santé publique de Montréal cite en exemple celui de l'Estrie. Dans le document que remplissent les femmes de cette région, on leur explique que le but de l'exercice est de leur valoir « les meilleurs services sur leur territoire » et de les aider à avoir accès « à un professionnel de la santé avant la 10e semaine » de leur grossesse.

« UNE GRANDE PRIORITÉ »

Le lancement d'un avis de grossesse dans la métropole est aujourd'hui « une grande priorité » à la Direction de santé publique de Montréal, indique la Dre Dea.

Il pourrait cependant s'écouler plusieurs mois, voire jusqu'à deux ans, avant que tout soit mis en route. La complexité du réseau de la santé à Montréal, le nombre d'établissements et le profil très multiethnique des Montréalais complexifient le dossier, dit à son tour la Dre Lacroix.

Cela fait des années que le ministère de la Santé est pressé d'améliorer l'accès des femmes enceintes au suivi de grossesse dès le premier trimestre.

Déjà, en 2011, le Commissaire à la santé et au bien-être écrivait qu'« en raison d'un accès entravé aux ressources, de plus en plus de femmes enceintes peinent à trouver un médecin ou une sage-femme. Elles sont donc nombreuses à voir leur suivi de grossesse s'amorcer au-delà du premier trimestre ».

« [Les femmes enceintes] ne sont pas nécessairement prises en charge en temps opportun pour optimiser leur suivi de grossesse et même accéder à des examens essentiels et déterminants pour la suite de la grossesse », écrivait le Commissaire.

En 2014, dans le document État de situation sur la santé des Montréalais et ses déterminants, rédigé par l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, il était précisé que « l'accès au suivi médical de grossesse est souvent en deçà des pratiques recommandées ».

Le document soulignait que les femmes qui n'avaient pas de médecin de famille sont aussi souvent celles qui sont les plus vulnérables - « faible niveau socioéconomique, sous-scolarisation, immigration récente, problèmes de santé mentale ou de consommation » -, soit des femmes qui, quand elles attendent un bébé, ont particulièrement besoin d'être suivies de près.

***

39 % Selon les dernières statistiques disponibles, 39 % des femmes enceintes de Montréal ne sont pas vues par un professionnel de la santé au premier trimestre de leur grossesse (36 % pour l'ensemble du Québec).




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer