Infirmières: les heures supplémentaires en hausse malgré les promesses

Le nombre d'heures supplémentaires chez les infirmières est... (PHOTO FRANçOIS ROY, archives LA PRESSE)

Agrandir

Le nombre d'heures supplémentaires chez les infirmières est en hausse partout dans les établissements hospitaliers de Montréal, sauf au CUSM, où il est légèrement en baisse.

PHOTO FRANçOIS ROY, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les infirmières font plus d'heures supplémentaires qu'il y a deux ans à Montréal, malgré l'engagement du ministère de la Santé à réduire cette pratique.

Selon les rapports annuels des établissements de la métropole, le nombre d'heures supplémentaires est en hausse partout, sauf au CUSM où il est légèrement en baisse.

D'un établissement à l'autre, l'augmentation des heures supplémentaires varie de 5,4 % à 38,2 % en deux ans. La hausse la plus importante est observée au CHUM. Autre particularité de cet établissement : le nombre d'infirmières y a diminué de 4,3 % alors que le gouvernement a promis d'augmenter le nombre de postes partout. Les effectifs sont stables ou ont augmenté un peu ailleurs dans la métropole.

Rappelons qu'en vertu de la convention collective signée en 2015, le gouvernement a promis d'augmenter de 50 % à 62 % la proposition d'infirmières qui travaillent à temps plein ; de 35 % à 50 % pour les auxiliaires. Gaétan Barrette a reconnu cette semaine que la majorité des établissements du Québec n'avaient pas créé un nombre suffisant de postes jusqu'ici pour respecter l'engagement.

Le ministère de la Santé s'est également engagé à faire baisser le taux d'heures supplémentaires par rapport à l'ensemble des heures travaillées dans son plan stratégique 2015-2020. Chaque établissement s'est donné une cible à atteindre d'année en année pour arriver à respecter l'objectif du Ministère. Or aucun de la métropole n'a respecté sa cible jusqu'ici.

Les rapports annuels ne précisent pas la proportion des heures supplémentaires qui représente du « temps supplémentaire obligatoire » (TSO), une pratique décriée de toutes parts. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, la qualifie lui-même de « fléau ».

Un indice laisse toutefois croire à une recrudescence du phénomène : la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIS) constate une explosion des griefs liés au TSO au cours des dernières années. De deux griefs en 2014 et le même nombre en 2015, on est passé à 486 en 2016 et à 1981 l'an dernier. Pour cette année, 423 griefs ont été déposés en un mois, toujours selon le plus important syndicat des infirmières.

« Je veux régler le problème, a affirmé le premier ministre Philippe Couillard, hier. Je sais que c'est très dur, pas acceptable, de se faire dire en fin de journée de faire quelques heures de plus », surtout pour les travailleuses ayant des responsabilités familiales.

Il montre du doigt les gestionnaires d'établissement. « Comment se fait-il que des grands hôpitaux de la région de Montréal sont capables, avec le même ministre, le même gouvernement, le même budget, de presque éliminer le temps supplémentaire obligatoire [le CUSM, ndlr] et que d'autres, apparemment, ne le sont pas ? Où est le problème ? Il n'est pas nécessairement uniquement au niveau gouvernemental. Il est au niveau de la gestion des établissements. »

Certains ont toutefois commencé à corriger le tir. Une entente sur l'enjeu des heures supplémentaires est intervenue hier au Saguenay-Lac-Saint-Jean entre le syndicat affilié à la FIQ et le CIUSSS de cette région. La direction de l'établissement a reconnu publiquement que « le temps supplémentaire et le temps supplémentaire obligatoire ne sont pas une bonne solution ».

HEURES SUPPLÉMENTAIRES DES INFIRMIÈRES

CHUM

  • 2014-2015 : 125 112
  • 2015-2016 : 164 095
  • 2016-2017 : 172 964
  • Variation : + 38,2 %

CIUSSS Centre-Ouest

  • 2014-2015 : 116 133
  • 2015-2016 : 117 649
  • 2016-2017 : 149 478
  • Variation : + 28,7 %

CIUSSS Nord-de-l'Île

  • 2014-2015 : 274 180
  • 2015-2016 : 280 515
  • 2016-2017 : 316 572
  • Variation : + 15,5 %

CIUSSS Ouest-de-l'Île

  • 2014-2015 : 171 823
  • 2015-2016 : 151 285
  • 2016-2017 : 198 370
  • Variation : + 15,5 %

CIUSSS Est-de-l'Île

  • 2014-2015 : 246 536
  • 2015-2016 : 243 843
  • 2016-2017 : 263 182
  • Variation : + 6,8 %

CIUSSS Centre-Sud

  • 2014-2015 : 114 638
  • 2015-2016 : 99 531
  • 2016-2017 : 120 846
  • Variation : + 5,4 %

CUSM

  • 2014-2015 : 149 209
  • 2015-2016 : 160 521
  • 2016-2017 : 147 341
  • Variation : - 1,3 %

NOMBRE D'INFIRMIÈRES

Variation entre 2014-2015 et 2016-2017, en équivalent temps complet (ETC)

  • CIUSSS Centre-Sud : + 6,7 %
  • CIUSSS Nord-de-l'Île : + 4,2 %
  • CIUSSS Ouest-de-l'Île : + 3,4 %
  • CUSM : + 1,7 %
  • CIUSSS Centre-Ouest : + 1,4 %
  • CIUSSS Est-de-l'Île : + 0,2 %
  • CHUM : - 4,3 %




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer