Mike Pence déplore les «lacunes» du système de santé canadien

Le vice-président américain a prévenu que si la... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le vice-président américain a prévenu que si la réforme de la santé républicaine n'était pas adoptée, les États-Unis seraient en voie d'avoir un système semblable au Canada.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Washington

Le vice-président des États-Unis a de moins bons mots pour le Canada ces jours-ci, en ce qui a trait à son système de santé, qui selon lui fait preuve de plusieurs «lacunes».

Mike Pence a fait ces commentaires la semaine dernière, en entrevue à une station de radio de l'Alaska, KFQD.

Il s'était fait questionner sur la réforme de la santé proposée par des républicains qui peine à faire son chemin au Congrès.

Les républicains tentent de faire passer leur projet de loi qui abrogerait l'Obamacare avant une date limite procédurale plus tard ce mois-ci - mais ils semblent avoir beaucoup de difficulté.

Le vice-président a prévenu que si la réforme n'était pas adoptée, les États-Unis seraient en voie d'avoir un système de santé semblable au Canada.

Cela s'explique par le fait que les élus du Parti démocrate semblent de plus en plus enclins à se rallier à l'idée d'un système de santé à payeur unique pour régler les débats incessants sur la question.

«Nous avons un choix clair», a déclaré M. Pence.

«Vous savez, entre où je suis à Washington et l'Alaska, il y a un endroit appelé le Canada. Je n'ai probablement pas besoin de rappeler aux gens de l'Alaska les lacunes d'un système de santé nationalisé, parce que c'est notre voisin, et on en voit les résultats tous les jours», a-t-il ajouté.

Le système de santé canadien est reconnu pour ses longs temps d'attente, surtout pour les chirurgies. En revanche, les Canadiens ont une plus longue espérance de vie et dépensent moins sur les soins de santé que les Américains, selon les données de la Banque mondiale.

L'administration Trump a reçu de très mauvaises nouvelles pour la réforme de santé qu'elle défend: après le sénateur John McCain, Susan Collins, du Maine, a annoncé qu'elle voterait contre le projet de loi - ce qui a probablement signé son arrêt de mort.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer