Recrudescence des cas de coqueluche en Montérégie

La majorité des enfants du Québec sont vaccinés... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La majorité des enfants du Québec sont vaccinés durant la petite enfance contre la coqueluche. Le taux de protection du vaccin est de 85 %. Un rappel du vaccin est recommandé à différents âge, dont vers l'âge de 14-16 ans.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un élève de la polyvalente de Mortagne à Boucherville pourrait avoir contracté la coqueluche, a appris La Presse. Ce cas survient alors que la Montérégie connaît une recrudescence du nombre de cas de coqueluche cette année.

« Nous ne sommes donc pas surpris par l'apparition de ce cas à Boucherville », affirme la Dre Julie Loslier, directrice de santé publique de la Montérégie.

La coqueluche débute généralement comme un rhume banal avant que n'apparaisse une toux persistante et incontrôlable qui peut même provoquer des vomissements.

Puisque la maladie est assez contagieuse, la direction de la polyvalente de Mortagne a invité les parents du groupe de l'enfant que l'on croit avoir été infecté à surveiller l'apparition de symptômes chez leur enfant et à ne pas l'envoyer à l'école si des symptômes apparaissent. La maladie de transmet par gouttelettes.

La majorité des enfants du Québec sont vaccinés durant la petite enfance contre la coqueluche. Le taux de protection du vaccin est de 85 %. Un rappel du vaccin est recommandé à différents âge, dont vers l'âge de 14-16 ans. Dans la lettre qu'elle leur a envoyée, la direction de la polyvalente invite les parents à s'assurer que leur enfant a reçu toutes les doses du vaccin.

Les personnes les plus à risque de développer des complications à la coqueluche sont les jeunes enfants de moins de 12 mois, explique la Dre Loslier. Les femmes en fin de grossesse doivent aussi éviter de contracter la maladie afin de protéger leur enfant à naître.

Médecin conseil à la Direction de santé publique de la Montérégie, la Dre Isabelle Boily explique qu'il n'y a pas de véritable traitement contre la coqueluche, mais que les patients reçoivent généralement des antibiotiques afin de ralentir la propagation de la maladie.

«NOMBRE DE CAS EN MONTÉRÉGIE

2016 : 153 cas

2015 : 54 cas

»





publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer