10 millions de plus pour les parents d'enfant handicapé

Les familles d'enfant lourdement handicapé toucheront 947 $ par mois... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les familles d'enfant lourdement handicapé toucheront 947 $ par mois de plus, une aide qui sera non imposable et indexée chaque année.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) À la suite d'une bataille menée par le regroupement Parents jusqu'au bout, le gouvernement Couillard a annoncé mercredi une aide supplémentaire de 10 millions de dollars par année pour les familles d'enfant lourdement handicapé.

Elles toucheront 947 $ par mois de plus, une aide qui sera non imposable et indexée chaque année. Ce « Supplément pour enfant handicapé », administré par Retraite Québec, sera versé à compter du 1er septembre et de façon rétroactive au 1er avril. Environ 900 enfants seraient couverts.  

« C'est une mesure d'exception pour des enfants qui ont des besoins exceptionnels », a affirmé le ministre de l'Éducation et de la Famille, Sébastien Proulx, à la sortie d'une réunion du conseil des ministres. « On vient en aide à ces familles qui ont des enfants très lourdement handicapés, qui n'ont aucune autonomie et pour qui ça prend des soins particuliers. Ce sont des enfants qui ont besoin d'être gavés, alimentés par intraveineuse, je vous épargne les détails », a ajouté la ministre déléguée aux Services sociaux, Lucie Charlebois.

Né en février 2015, le regroupement Parents jusqu'au bout a dénoncé que les familles d'enfant lourdement handicapé reçoivent une aide gouvernementale moins généreuse que les familles d'accueil. « Il avait démontré qu'il était plus avantageux d'avoir son enfant dans une ressource intermédiaire qu'à la maison. On vient corriger cette iniquité », a dit M. Proulx. L'écart était estimé à 12 800 $ par année. La nouvelle aide du gouvernement représente 11 300 $.

Québec étudiait la demande de Parents jusqu'au bout depuis un an. « Peut-être pour des gens ça a pu être long, mais il faut prendre les bonnes décisions au bon moment avec les bons moyens », a expliqué Lucie Charlebois. « Oui, ça aurait dû être fait il y a dix ans peut-être, mais la demande est venue là, et vous savez, c'est comme ça la vie, on a fait plus rapidement possible. » Selon elle, les parents « n'ont pas complètement perdu au change », puisque l'aide financière sera rétroactive.

Sur sa page Facebook, le regroupement Parents jusqu'au bout s'est félicité d'avoir « obtenu un grand gain ». 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer