L'OMS retire l'invitation faite à un expert canadien sur le virus Zika

Le mois dernier, Amir Attaran et plus de... (Photo Leo Correa, archives Associated Press)

Agrandir

Le mois dernier, Amir Attaran et plus de 200 collègues avaient écrit une lettre ouverte à l'OMS, accusant l'organisation de fuir ses responsabilités en ne considérant pas de recommander le report ou l'annulation des Jeux olympiques de Rio.

Photo Leo Correa, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jamey Keaten, Maria Cheng
La Presse Canadienne
Genève

Un enseignant canadien, très critique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a dit avoir été récemment invité à siéger au comité d'urgence sur le virus Zika de l'agence onusienne de la santé, avant de se voir retirer cette invitation, car il a refusé de signer une clause de confidentialité.

Le mois dernier, Amir Attaran et plus de 200 collègues avaient écrit une lettre ouverte à l'OMS, accusant l'organisation de fuir ses responsabilités en ne considérant pas de recommander le report ou l'annulation des Jeux olympiques de Rio. M. Attaran, expert de la santé publique à l'Université d'Ottawa, avait reçu par la suite une invitation de la directrice générale de l'OMS, la docteure Margaret Chan, à siéger au comité indépendant d'experts du Zika de l'OMS.

Ce comité se réunit, mardi, et devrait faire état des résultats de la rencontre plus tard dans la journée.

M. Attaran a confié avoir été surpris par l'invitation, mais y avoir vu une belle occasion de discuter en profondeur des inquiétudes entourant le Zika et les Jeux olympiques.

L'OMS lui a ensuite acheminé plusieurs documents à signer - dont un comportant une clause affirmant que les délibérations du comité, incluant ses propres commentaires, demeureront secrètes. M. Attaran a signé et réacheminé les documents, mais a rayé cette clause particulière.

Le porte-parole de l'OMS Christian Lindmeier a affirmé, mardi, qu'étant donné que l'enseignant canadien n'avait pas acquiescé au document de confidentialité soumis à tous les experts, il n'avait pas obtenu l'invitation formelle et que, par conséquent, il n'y avait rien à résilier.

«L'accord de confidentialité fait en sorte de maintenir confidentielles les délibérations et les décisions du comité. Cela est très important pour permettre des discussions ouvertes et impartiales. Mais la transparence est assurée après coup en rendant public tout ce qui doit l'être», a fait valoir M. Lindmeier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer