• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Une Montréalaise se fait passer pour une infirmière et soigne des patients 
Exclusif

Une Montréalaise se fait passer pour une infirmière et soigne des patients

Entre novembre et décembre 2009, Kim Larouche a travaillé... (PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE)

Agrandir

Entre novembre et décembre 2009, Kim Larouche a travaillé une vingtaine de jours à l'hôpital Jean-Talon (photo) et à l'Hôpital général du Lakeshore, à Montréal. La Montréalaise de 33 ans a été condamnée, hier, à payer 40 500 $ d'amende pour s'être fait passer pour une infirmière.

PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une Montréalaise de 33 ans a été condamnée, hier, à payer 40 500 $ d'amende pour s'être fait passer pour une infirmière. À la fin de 2009, Kim Larouche a notamment soigné des patients et leur a administré des médicaments aux urgences de l'hôpital Jean-Talon et de l'Hôpital général du Lakeshore.

Kim Larouche a été reconnue coupable de chacun... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Kim Larouche a été reconnue coupable de chacun des 27 chefs d’accusation qui pesaient sur elle.

Photo tirée de Facebook

Lors de l'audience, hier, la juge Josée De Carufel cachait mal sa stupéfaction devant l'ampleur de la supercherie. Car Kim Larouche, qui ne s'est pas présentée devant le tribunal, n'a jamais été enregistrée auprès de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), selon la preuve qui a été déposée.

« Comment quelqu'un peut-il réussir à fonctionner dans un hôpital ? Je m'explique mal que l'Ordre n'ait pas été alerté avant. Je trouve ça phénoménal », a dit la magistrate, tout en ajoutant que Larouche « ne faisait pas juste border des patients ».

À la fin de 2009, Kim Larouche travaillait pour une agence de placement de personnel infirmier. L'entreprise s'est assurée que Larouche possédait un permis d'infirmière en consultant le site de l'OIIQ. Un permis à ce nom figure bel et bien au registre de l'Ordre. Mais il ne s'agit pas de la même personne. Larouche a donc usurpé l'identité de son homonyme.

Dans son curriculum vitae, elle indiquait avoir travaillé de 2002 à 2009 dans différents établissements de santé de la province. Elle disait aussi avoir suivi des formations en soins infirmiers au cégep de Jonquière et à l'Université du Québec à Chicoutimi. Or, l'enquête de l'Ordre a révélé que Larouche n'a jamais étudié dans ces deux établissements.

Intervention ratée sur un patient

Entre novembre et décembre 2009, la pseudo-infirmière a travaillé une vingtaine de jours à l'hôpital Jean-Talon et à l'Hôpital général du Lakeshore, à Montréal.

Une enquêteuse de l'Ordre des infirmières est venue démontrer que durant cette période, Larouche a notamment administré un antibiotique par voie intraveineuse à un patient.

Elle s'est également occupée d'un patient qui avait une sonde urinaire, des problèmes respiratoires et du sang dans les urines.

Réalisant que ce patient n'évacuait pas assez d'urine, Larouche a effectué une échographie de sa vessie et a tenté sans succès de débloquer sa sonde urinaire. C'est une collègue qui a ensuite mené la procédure à terme.

Étonnamment, aucun intervenant des deux hôpitaux dans lesquels Larouche a travaillé durant ces deux mois ne semble avoir douté de ses compétences. Aucune plainte n'a été formulée à l'époque auprès de l'Ordre. Une situation qui a surpris la juge De Carufel.

L'avocate de l'Ordre, Me JoAnn Zaor, a mentionné que Larouche travaillait sporadiquement de nuit et qu'elle avait été embauchée par une agence qui a elle-même été dupée, ce qui peut expliquer qu'elle soit passée entre les mailles du filet. De plus, aucun incident majeur ne semble être survenu alors qu'elle était de garde.

Coupable de 27 chefs

C'est un proche de Kim Larouche qui a finalement alerté l'OIIQ en février 2014. Larouche a été reconnue coupable de chacun des 27 chefs d'accusation qui pesaient sur elle.

Dans son jugement rendu hier après-midi, la juge De Carufel a mentionné que Larouche, « en prenant l'identité d'une autre infirmière, a agi avec une certaine préméditation dans l'accomplissement de son oeuvre ».

« Elle s'est servie de ce titre pour se faire engager dans les hôpitaux par le biais d'une agence et a agi comme infirmière », a ajouté la magistrate, qui a condamné Larouche à 1500 $ d'amende par chef d'accusation.

____________________________

Chefs d'accusation contre Kim Larouche

Avoir donné lieu de croire qu'elle était une infirmière (18 chefs)

Avoir apposé ses initiales sur le dossier de patients (7 chefs)

Exercice illégal d'une activité réservée aux infirmières (2 chefs)

Les cas de personnes se faisant passer pour... (Photo Matt Rourke, archives Associated Pres) - image 2.0

Agrandir

Les cas de personnes se faisant passer pour une infirmière ou un infirmier sont rares. Selon le dernier rapport annuel de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, quatre nouvelles poursuites pénales ont été autorisées en 2014-2015 en matière d’usurpation de titre réservé et d’exercice illégal de la profession.

Photo Matt Rourke, archives Associated Pres

____________________________

Des cas rares

Les cas de personnes se faisant passer pour une infirmière ou un infirmier sont rares. Selon le dernier rapport annuel de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, quatre nouvelles poursuites pénales ont été autorisées en 2014-2015 en matière d'usurpation de titre réservé et d'exercice illégal de la profession. Le dernier cas médiatisé remonte à décembre 2013, quand Sylvie Gauthier, 59 ans, a écopé d'une peine de 90 jours de détention pour avoir usurpé le titre d'infirmière. Gauthier, qui avait travaillé à la résidence pour personnes âgées Villa Bon Chez Soi de Pont-Rouge, s'était fabriqué un faux diplôme d'infirmière et contrefait une attestation d'inscription au tableau de l'Ordre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer