Légionellose: le recours collectif est autorisé

« C'est la première fois que la Santé publique... (PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

« C'est la première fois que la Santé publique est poursuivie », affirme l'avocat Jean-Pierre Ménard, impliqué dans le dossier.

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

À Québec, la Cour supérieure a autorisé, mercredi, l'exercice d'un recours collectif à la suite de l'éclosion de cas de légionellose, à l'été 2012.

L'éclosion avait entraîné la mort de 14 personnes. De même, 167 personnes avaient subi des dommages pécuniaires, indique-t-on dans le recours.

La légionellose est une maladie infectieuse qui se développe dans des milieux comme les tours de refroidissement situées sur le toit des immeubles. Elle se propage par l'inhalation de gouttelettes d'eau contaminée.

La représentante du recours est une résidante de Québec, Solange Allen, dont le mari, Claude Desjardins, est mort le 19 août 2012 à la suite d'un diagnostic de pneumonie appelée Legionella. Il avait 64 ans.

Elle représente ainsi le groupe de «toutes les personnes qui ont contracté la légionellose à Québec entre le 26 juillet 2012 et le 8 octobre 2012 et dont le diagnostic a fait l'objet d'une déclaration au Directeur de santé publique de la région de la Capitale-Nationale, ainsi que leurs conjoints, héritiers et aidants naturels et aussi les ayants droit de ces personnes».

Les parties visées par le recours sont la Direction régionale de la santé publique de la Capitale-Nationale, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, le ministère de la Santé et des Services sociaux, ainsi que la Centrale des syndicats du Québec. Cette dernière était copropriétaire et gestionnaire du Complexe Place Jacques-Cartier, un immeuble où se trouvaient les tours de refroidissement qui avaient été montrées du doigt à l'époque.

Les requérants demandent de déclarer les défendeurs responsables des dommages subis par les membres du groupe et de les condamner à payer une somme de 50 000 $ et le remboursement des dépenses encourues pour chaque personne qui a contracté la légionellose, une somme de 10 000 $ et le remboursement des dépenses pour chaque personne qui a a agi à titre d'aidant naturel auprès d'une personne qui a contracté la légionellose, une somme de 125 000 $ au conjoint survivant, une somme de 30 000 $ à chacun des héritiers d'une personne décédée, ainsi que le remboursement des frais funéraires, en plus d'une somme qui reste à être déterminée pour tout membre du groupe qui a subi des pertes pécuniaires quantifiables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer