Exclusif

Les évêques veulent contrer l'aide médicale à mourir

Au cours de l'entrevue, il a été impossible... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Au cours de l'entrevue, il a été impossible de savoir si une personne croyante qui demanderait l'aide médicale à mourir pourrait recevoir les derniers sacrements.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Farouchement opposée à la Loi sur les soins de fin de vie, l'Assemblée des évêques catholiques du Québec prépare un document pour guider les fidèles face à sa mise en oeuvre en décembre prochain, a appris La Presse. Ainsi, l'Église pourrait recommander la liberté de conscience pour le personnel soignant, ce qui pourrait être un frein à l'aide médicale à mourir.

La version préliminaire du document a été discutée hier au cours de la seconde plénière de l'année que l'Assemblée des évêques catholiques du Québec tenait à Trois-Rivières. Les balises aux catholiques seront rendues publiques tout juste avant que la loi n'entre en vigueur.

Pour l'archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, il importe d'y aborder la liberté de conscience. Il se désole qu'un médecin qui refusera d'aider un mourant à mettre fin à ses jours soit obligé d'orienter cette personne vers un collègue qui accepte de le faire et qu'en plus, cela soit consigné dans son dossier.

«Je pense que ce n'est pas correct de ne pas soutenir et de ne pas encourager la liberté de conscience pour un individu et un établissement, soit une maison ou un service de soins palliatifs», a indiqué Mgr Lépine au cours d'une entrevue avec La Presse à laquelle participaient également le cardinal Cyprien Lacroix, archevêque de Québec et Mgr Paul Lortie, évêque de Mont-Laurier et président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.

Les trois hommes d'Église ont tous plaidé pour un renforcement des soins palliatifs et ils recommanderont à la population d'y recourir. L'Église, qui gravite déjà autour des maisons de soins palliatifs (bénévolat, accompagnement), entend bien y accorder davantage de ressources.

Selon Mgr Lépine, il faut voir dans la décision unanime des maisons de soins palliatifs de ne pas offrir le service d'aide à mourir «une force pour la société». «Au bout du compte, la vie est plus grande que la loi», a-t-il souligné.

Au cours de l'entrevue, il a été impossible de savoir si une personne croyante qui demanderait l'aide médicale à mourir pourrait recevoir les derniers sacrements (onction des malades). «Il faut prendre le temps d'étudier de quelle façon ça peut se vivre», s'est borné à dire Mgr Lortie, qui précise toutefois que l'Église fera tout pour approfondir «la rencontre avec Dieu».

Crainte dans le public

Par ailleurs, le cardinal Lacroix s'est fait le relais de la crainte que le public lui aurait communiquée concernant les véritables objectifs de l'aide médicale à mourir.

«Pourrait-il y avoir d'autres raisons pour lesquelles on voudrait avoir une loi comme ça au Québec? Est-ce que la seule raison, c'est vraiment pour soulager les patients? Ou si, et c'est une crainte que j'entends aussi - bien entendu, je ne peux pas dire que c'est ça qui habite le gouvernement ni les personnes qui ont voté cette loi-là -, mais les gens disent: "Regardez la masse de monde au Québec qui arrive à l'âge de la mort, tous les baby-boomers. Savez-vous quel fardeau fiscal [cela représente] sur le plan médical?"», a-t-il lancé avant de poursuivre: «Ce n'est pas moi qui le dis. Ça court dans les rues. Les gens disent: "Ils ont hâte de se débarrasser de nous autres. On va coûter très cher à l'État. C'est bien plus facile si on ouvre [la porte] à l'euthanasie."»

La Loi sur les soins de fin de vie a été sanctionnée en juin 2014. Il est prévu qu'elle entre en vigueur en décembre prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer