Gilles Julien: «L'État n'a pas à nourrir nos enfants»

Fort d'une nouvelle subvention de plusieurs dizaines de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Fort d'une nouvelle subvention de plusieurs dizaines de millions, le Dr Julien prône un désengagement de l'État dans certains domaines sociaux et un recentrage vers l'éducation et la santé.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Ce n'est pas à l'école de nourrir les enfants ou de leur faire faire leurs devoirs. Les CPE ? Il va falloir revoir le modèle. Non, l'État ne peut pas tout. Qui le dit ? Le médecin Gilles Julien, grand défenseur des enfants défavorisés dont le modèle de pédiatrie sociale s'apprête à faire des petits, et ce, en pleine période d'austérité budgétaire.

« J'ai été le seul gagnant du dernier budget ! », lance en riant le docteur Gilles Julien.

De fait, 22 millions ont été accordés à sa Fondation pour les cinq prochaines années afin de porter son réseau à 42 centres de pédiatrie sociale. D'ici 2020, le ministre des Finances, Carlos Leitao, lui a promis une contribution pouvant atteindre 60 millions. « On suit présentement 4000 enfants et notre cible est d'en aider bientôt 20 000 », dit le docteur Julien.

Cela ne va pas sans susciter la jalousie des organismes communautaires qui en sont réduits à gratter les fonds de tiroirs. Le réseau de cliniques du docteur Julien - qui suivent des enfants démunis non pas pour traiter la dernière otite mais pour les aider à garder la tête hors de l'eau en général - ne fait pas l'affaire non plus des syndicats.

Le docteur Julien en est parfaitement conscient. Il a cependant l'appui qui compte : celui de Philippe Couillard lui-même, « qui a dit en début de mandat que les enfants vulnérables sont sa priorité et qui tient à ce que ça marche ».

Les coupes en éducation, qui frappent particulièrement les enfants en difficulté, ne risquent-elles pas pourtant d'accroître justement le nombre d'enfants vulnérables à aider ? Ne serait-il pas plus efficace de bien financer les services à la base ?

« Nous n'avons certes pas la prétention de sauver le monde [...]. C'est clair que le gouvernement coupe en fou, mais en même temps, il fait ce qu'il peut. »

« Est-ce à l'État de nourrir les enfants à l'école ? », demande-t-il en faisant référence aux coupes actuelles dans les mesures alimentaires.

Le docteur Julien ne le croit pas, pas plus qu'il ne pense qu'il revient au gouvernement de financer l'aide aux devoirs ou tout un réseau de CPE.

« Si on demande à l'État de faire tout cela, il ne fera pas bien sa vraie job. Et sa vraie job, c'est de donner une bonne éducation, accessible à tous, et de bons soins de santé. »

L'«éléphant blanc» de la petite enfance

Et les CPE ? « On a créé un éléphant blanc et il va falloir y repenser. Les CPE ont été mis en place à l'origine pour aider les enfants défavorisés. Or, à l'heure actuelle, même ici (dans Hochelaga-Maisonneuve), on arrive à peine à avoir quelques places réservées au CPE pour les enfants que l'on suit à la clinique. »

Selon le docteur Julien, « on est à un tournant ». L'heure est venue pour les citoyens et pour les communautés de se reprendre en main.

« On a démobilisé les familles. On leur a dit : "Vos enfants, l'État va s'en occuper."  Mais ça n'a pas de bons sens que le gouvernement s'occupe de nos bébés dans les garderies ! »

Soit, comme dirait l'autre, il faut tout un village pour élever un enfant, mais dans la vraie vie, l'aide aux enfants en difficulté ne peut pas être apportée par n'importe quel Jos Bleau, suggère-t-on.

À cela, le docteur Julien donne l'exemple de l'organisme Passe-Partout, dans son quartier, qui, avec des bénévoles et des employés, offre de l'aide aux devoirs depuis 25 ans.

Il rappelle aussi qu'en faisant de la prévention comme le font ses cliniques, le coût de suivi pour un enfant est de 2000 $ par an. Si on laisse les problèmes dégénérer et que la DPJ doit s'en mêler, « le coût est 10 à 15 fois supérieur ».

Quant à savoir s'il ne risque pas d'y avoir perte de contrôle des subventions si des sommes considérables sont envoyées à des organismes comme le sien plutôt qu'aux réseaux de santé et d'éducation établis, le docteur Julien insiste. « En tant que partenaires du gouvernement, nous avons une reddition de comptes serrée à faire. »

Aussi, précise-t-il, « nous ne sommes pas un organisme communautaire, mais une entreprise sociale. Si nous recevons des subventions, nous travaillons aussi très fort à aller trouver nous-mêmes des dons dans le milieu ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer