Ottawa commence à verser l'aide promise aux victimes de la thalidomide

Des milliers d'enfants dont les mères ont reçu... (Photo Andres Kudacki, archives Associated Press)

Agrandir

Des milliers d'enfants dont les mères ont reçu des prescriptions de thalidomide au début des années 60, en Europe et au Canada, sont nés avec différentes infirmités.

Photo Andres Kudacki, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
OTTAWA

Le gouvernement fédéral commence finalement à aider financièrement les victimes de la thalidomide, comme promis.

Cette promesse, le gouvernement l'a faite l'automne dernier aux quelques survivants qui souffrent encore de l'effet du médicament pris par leurs mères durant la grossesse et qui les a fait naître avec des membres atrophiés. Depuis, Ottawa tardait à passer à l'acte. Des victimes prévoyaient manifester sur la colline, lundi prochain.

Vendredi après-midi, la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, a diffusé un communiqué annonçant que les victimes recevront des paiements exempts d'impôt. Selon la gravité de leur état, ils auront 25 000 $, 75 000 $ ou 100 000 $ par année. Ces paiements continueront tout au long de leur vie.

Mais tout d'abord, 92 survivants admissibles ont reçu un premier paiement forfaitaire exempt d'impôt de 125 000 $ pour subvenir à leurs besoins immédiats.

Pour ce qui est des paiements annuels, ils seront gérés par un tiers administrateur. Cette structure devrait être mise en place pour que les paiements annuels soient versés dès le début de l'an prochain.

On a également prévu un fonds d'aide médicale extraordinaire de 500 000 $ pour les interventions chirurgicales délicates ou les frais pour adapter un domicile ou un véhicule.

Dans le communiqué où elle annonce les derniers développements, la ministre Ambrose prend soin de souligner la collaboration de l'Association canadienne des victimes de la thalidomide (ACVT).

«Santé Canada continuera de solliciter l'opinion de l'ACVT tout au long du processus», peut-on lire.

La directrice générale de l'ACVT se réjouissait de l'annonce, vendredi après-midi.

«Nous considérons que les besoins des survivants de la thalidomide ont été reconnus», a souligné Mercedes Benegbi, en entrevue téléphonique.

«Tout ce programme-là est finalement fait exactement comme on l'avait demandé sur la base des limitations fonctionnelles des gens», a-t-elle confirmé.

Elle admet qu'elle aurait aimé que les choses bougent plus vite, mais elle est tout de même très satisfaite.

«On aurait aimé que tout nous soit présenté instantanément. Mais là on est quand même au printemps, on a déjà les réponses les plus importantes à nos revendications et ce programme-là va être opérationnel dès le début 2016. Alors tout ça, c'est convenable», a-t-elle dit, en remerciant les citoyens qui ont appuyé sa cause et les élus qui ont livré la marchandise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer