Chirurgies: pas plus cher au privé, selon une étude

Selon une étude, les installations pré et postopératoires... (Photo Rémi Lemée, archives La Presse)

Agrandir

Selon une étude, les installations pré et postopératoires sont «moins fonctionnelles» à l'hôpital du Sacré-Coeur qu'à la clinique RocklandMD (notre photo).

Photo Rémi Lemée, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les détracteurs du privé en santé seront confondus. Une étude indépendante commandée l'an dernier par le gouvernement du Québec prouve que l'entente controversée qui permet à des chirurgiens de l'hôpital du Sacré-Coeur d'opérer depuis 2008 des patients à la clinique privée RocklandMD ne coûte pas plus cher au réseau que si les malades passaient sous le bistouri entre les murs de l'hôpital.

Selon le document obtenu par La Presse, Sacré-Coeur, à qui le ministère de la Santé a donné jusqu'en juin pour rapatrier toutes les chirurgies, ne peut pas, «à court terme, accueillir l'ensemble des chirurgies d'un jour qui s'effectuent actuellement à la clinique». L'étude note aussi que les installations pré et postopératoires sont «moins fonctionnelles» à l'hôpital qu'à la clinique et que le bloc opératoire est «vétuste».

Alors que jusqu'à récemment, le ministre Gaétan Barrette voulait mettre la hache dans la première et la principale expérience de soins en partenariat public-privé du réseau, voilà qu'il se montre plus conciliant. Son attachée de presse, Joanne Beauvais, parle même d'une prolongation du partenariat.

Déjà, alors que toutes les opérations auraient pu être rapatriées à l'hôpital en date du 31 mars, un sursis a été accordé jusqu'en juin. «Le privé peut être un bon complément, dit Mme Beauvais. On verra à la fin du contrat ce qu'on fait pour la suite des choses. Si le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux [la nouvelle entité qui chapeaute l'hôpital] n'est pas prêt à rapatrier toutes les chirurgies, on prolongera avec une ou des cliniques.»

Elle va plus loin, ouvrant la porte à des PPP du genre pour soulager d'autres établissements. «Les ententes de ce type peuvent permettre de réduire les listes d'attente à des coûts équivalents.»

Un véritable feuilleton

Au fil des ans, le PPP entre RocklandMD et Sacré-Coeur est devenu un véritable feuilleton. Mis sur pied en 2008 par nul autre que Philippe Couillard, alors ministre de la Santé, il a failli disparaître sous le gouvernement de Pauline Marois. En campagne électorale, le gouvernement Couillard s'est engagé à le sauver. Puis le ministre Barrette a signé l'été dernier son arrêt de mort, avant d'accorder au programme deux sursis de suite.

Tant les chirurgiens que la direction de l'hôpital ont maintes fois prévenu qu'il serait difficile de quitter RocklandMD. On craignait même que les listes d'attente ne s'allongent. L'étude obtenue par La Presse, qui est terminée depuis novembre, tend à leur donner raison.

La Coalition avenir Québec (CAQ), fervente défenseure du privé, a tenté par deux fois de mettre la main sur le document par l'entremise de la Loi d'accès sur l'information. Jusqu'à hier, même les chirurgiens de Sacré-Coeur n'y avaient pas accès.

«Le gouvernement parle de transparence. Qu'il dévoile les résultats. On veut s'assurer que la fin de l'entente se fera sans bris de services et sans que les listes d'attente augmentent», clamait cette semaine le député François Paradis, porte-parole en matière de santé et de services sociaux de la CAQ.

Des miliers de patients en attente

Avec la fusion des hôpitaux du Sacré-Coeur, Fleury et Jean-Talon au sein d'un nouveau Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), les patients de Sacré-Coeur seront répartis dans les trois établissements. Selon une compilation des données du ministère de la Santé faite par une équipe de recherche de la CAQ, 1400 personnes attendent déjà une opération à Fleury. On en compte 1100 à Jean-Talon et 2000 à Sacré-Coeur.

Une autre étude

Selon une analyse comparative menée par le service des finances de l'hôpital et obtenue par La Presse en mars 2014, une intervention d'un jour pratiquée à Sacré-Coeur coûte en moyenne 2679$. Entre les murs de RocklandMD, la même intervention coûte 2906$, soit 8% de plus. Toutefois, en retirant de l'équation certains frais qui ne sont pas comptabilisés par le centre hospitalier, l'amortissement de l'équipement médical, par exemple, l'intervention à la clinique privée coûterait plutôt 2456$, soit 8% de moins qu'à l'hôpital.

En chiffres

2602$

Coût moyen par usager d'une opération à la clinique RocklandMD, contre 2754$ à l'hôpital

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer