L'allaitement rendrait plus intelligent, selon une étude

L'étude réalisée par des chercheurs de l'Université brésilienne... (Photo d'archives)

Agrandir

L'étude réalisée par des chercheurs de l'Université brésilienne de Pelotas a étudié le devenir de quelque 3500 enfants nés en 1982 et nourris au sein au début de leur existence pendant des durées variables.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Un allaitement de longue durée pourrait contribuer à une intelligence accrue, une scolarité plus longue et de meilleurs revenus à l'âge adulte, à en croire une étude brésilienne publiée mercredi dans la revue The Lancet Global Health.

Dans un commentaire joint à l'étude, un autre expert, le Dr Erik Mortensen de l'Université de Copenhague, souligne toutefois que ces travaux doivent encore être confirmés.

L'allaitement est vivement encouragé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui le présente comme l'un des «moyens les plus efficaces» d'assurer la santé et la survie de l'enfant.

Elle recommande l'allaitement jusqu'à six mois, mais reconnaît que moins de 40% des bébés dans le monde en bénéficient à l'heure actuelle.

L'étude réalisée par des chercheurs de l'Université brésilienne de Pelotas a étudié le devenir de quelque 3500 enfants nés en 1982 et nourris au sein au début de leur existence pendant des durées variables.

Trente ans plus tard, ils ont constaté que l'allaitement avait été bénéfique pour l'ensemble d'entre eux, par comparaison à ceux qui n'avaient pas été allaités et que le bénéfice était d'autant plus important que la durée de l'allaitement avait été longue.

D'après ces chercheurs, ceux nourris au sein pendant un an auraient un QI (quotient intellectuel) supérieur de 4 points à ceux allaités pendant moins d'un mois. Ils auraient également eu une scolarité plus longue (de près d'un an), tandis que leurs revenus seraient supérieurs d'un tiers au revenu moyen.

Pour arriver à ce constat, les chercheurs disent avoir tenu compte des variables susceptibles d'avoir un impact sur le résultat, comme le niveau de vie des parents, l'âge de la mère à la naissance ou le fait d'avoir fumé pendant la grossesse.

«Le mécanisme probable permettant d'expliquer les effets bénéfiques du lait maternel sur l'intelligence est la présence d'acides aminés saturés à chaîne longue qui jouent un rôle essentiel dans le développement du cerveau», relève le Dr Bernardo Lessa Horta qui a dirigé l'étude.

Il fait valoir également que contrairement à d'autres études, l'étude brésilienne a porté sur des femmes allaitantes provenant de tous les milieux sociaux et pas majoritairement de milieux favorisés, ce qui facilite la mise en évidence de l'effet allaitement.

Dans une étude publiée en 2014 dans la revue Proceedings of the Royal Society, des chercheurs britanniques avaient déjà montré qu'un allaitement de 3 à 12 mois avait un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer