Exclusif

Québec sabre le salaire des pharmaciens

En abolissant certaines primes des pharmaciens qui travaillent... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En abolissant certaines primes des pharmaciens qui travaillent dans les établissements de santé et en abaissant leur semaine de travail à 36 heures, Québec souhaite récupérer 50 millions.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec réduit de 15 à 45% le salaire des pharmaciens qui travaillent dans les établissements de santé, a appris La Presse.

Dans sa quête du déficit zéro, le gouvernement Couillard a décidé de récupérer autour de 50 millions de dollars en abolissant des primes et en abaissant la semaine de travail à 36 heures pour tous, à compter du 31 mars. Il profite de l'échéance d'une entente 2012-2015 avec les pharmaciens pour ne pas reconduire des mesures qui étaient pourtant tenues pour acquises dans le réseau de la santé.

Il a attendu presque à la dernière minute, le 25 février, pour en faire l'annonce à l'Association des pharmaciens des établissements de santé (APES), qui compte 1500 membres.

«On trouve ça à peine croyable! a lancé hier son président François Paradis. C'est une coupe énorme. On a manifesté notre intérêt au Ministère d'entrer tout de suite en blitz de négociations d'ici la fin de mars pour, dans la mesure du possible, trouver une entente de principe. Mais on est toujours en attente d'une réponse du Ministère à cet égard.»

Primes abolies

Québec abolit une prime d'éloignement destinée aux pharmaciens qui travaillent en région. Cette prime varie de 5500 à 20 000$ par an, selon le cas. La prime versée aux pharmaciens qui encadrent des résidents de deuxième cycle universitaire est également supprimée. Elle représente 5% du salaire de base.

Québec s'était en outre entendue avec l'APES en 2012 pour donner la possibilité à un pharmacien de faire passer sa semaine de travail de 36,25 à 40 heures. L'objectif était de répondre à la «situation précaire de la main-d'oeuvre pharmaceutique dans les établissements», «d'augmenter l'offre de service» et de «diminuer l'utilisation du dépannage et du temps supplémentaire», peut-on lire dans la lettre d'entente. Une prime incitative de 6% du salaire de base a été instaurée pour qu'un maximum de pharmaciens réponde à l'appel. Environ 90% sont passés à la semaine de 40 heures. «À ma connaissance, on a été le seul groupe de travailleurs qui a accepté d'augmenter sa prestation de travail. Justement parce qu'on se disait que, oui, il y a un besoin», a fait valoir François Paradis. Selon lui, l'abolition de la semaine de 40 heures équivaut à la perte de près de 100 pharmaciens dans le réseau.

Des évaluations réalisées en 2012 chiffraient à environ 50 millions le coût annuel de l'ensemble des mesures qui sont maintenant éliminées, selon l'APES. Un pharmacien pourra perdre jusqu'à 45% de sa rémunération actuelle dans le pire des cas.

L'entente 2012-2015 précise que les primes et la semaine de 40 heures prennent fin le 30 mars 2015, mais l'APES était convaincue qu'elles seraient reconduites. La prime d'éloignement l'est depuis 2006, par exemple. «Compte tenu de l'historique, on croyait qu'au pire, ce serait reconduit jusqu'à la signature de la prochaine entente. Mais là, le gouvernement dit que c'est terminé alors qu'il n'y a pas eu de négociations encore!», a affirmé M. Paradis.

Pénurie de personnel

La surprise de l'APES est d'autant plus grande que les primes dans le collimateur «commencent à porter leurs fruits», contrairement à ce qu'on a pu voir dans le cas des médecins.

«On avait, et on a encore, toutes proportions gardées, la plus forte pénurie de personnel dans le réseau de la santé», a rappelé M. Paradis. En 2012, le quart des postes de pharmaciens n'était pas comblé dans les établissements de santé. C'est maintenant 20%, soit 250 postes.

Les lettres d'entente visaient également à résorber l'écart de rémunération avec les pharmaciens en pratique privée. En 2012, cet écart atteignait 30% à l'entrée de la pratique. Il est maintenant de 20%. Un pharmacien en établissement gagne 74 000$ au premier échelon et 94 000$ au dernier.

Notons qu'en plus des hausses accordées à tous les employés des secteurs public et parapublic, les échelons des pharmaciens ont été bonifiés, en 2012, de 2,5 à 7,0% selon le cas, à titre de «mesure d'attraction et de rétention».

La perspective d'un meilleur salaire a eu un effet sur les inscriptions à l'université, a ajouté François Paradis. Les 70 places de maîtrise sont occupées depuis 2 ans. Il n'y avait qu'environ 50 candidats auparavant.

«Ces mesures-là répondaient à un certain nombre de problèmes, donnent des résultats et, du jour au lendemain, le Ministère décide de les retirer. On ne comprend pas la logique derrière ça», a dit François Paradis.

Le recours au «dépannage» a diminué de 26% depuis 2012, et la tendance risque maintenant de s'inverser, selon lui. Le dépannage consiste à payer des pharmaciens du privé pour pallier le manque de personnel dans les hôpitaux. L'APES a déjà estimé à 15 millions par an le coût de cette pratique. «On peut payer trois pharmaciens salariés» avec la facture que représente un «dépanneur», a indiqué M. Paradis.

Avec la réduction du temps de travail, a-t-il poursuivi, les pharmaciens devront se concentrer sur les «services de base», valider les ordonnances de chaque patient. Ils auront du mal à maintenir des services créés dans les dernières années pour optimiser l'utilisation de certains médicaments, services qui ont généré des économies, selon lui.

«Même si ça paraît alléchant d'aller chercher un montant d'argent autour de 50 millions, ça risque de coûter plus cher à l'État ultimement», a plaidé M. Paradis.

Le cabinet du ministre de la Santé Gaétan Barrette n'a pas répondu aux questions de La Presse. Des explications ont été demandées une première fois dès la fin du mois dernier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer