Exclusif

Allégations d'erreurs médicales commises par le Dr Gaétan Barrette

Le Dr Gaétan Barrette est à la tête... (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

Agrandir

Le Dr Gaétan Barrette est à la tête de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Photo: Ninon Pednault, La Presse

André Noël
André Noël
La Presse

L'hôpital Maisonneuve-Rosemont vient de demander au Collège des médecins de trouver un expert qui pourrait déterminer s'il y a lieu d'évaluer la pratique médicale de son radiologiste le plus connu, le Dr Gaétan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Le Collège des médecins est informé depuis un an de l'existence d'une liste de dossiers réalisée au département de radiologie de l'hôpital et montrant que le Dr Barrette aurait pu mal interpréter les radiographies de 31 patients.

Joint hier, le Dr Barrette a déclaré à La Presse qu'il était victime d'une campagne de «lynchage». Le département de radiologie est déchiré par des conflits internes, a-t-il affirmé. Tous les radiologistes font des erreurs, et lui pas plus que les autres, a-t-il ajouté.

La compétence en question

La liste d'erreurs alléguées a été présentée le 13 avril 2011 au syndic du Collège des médecins, le Dr François Gauthier. Ce dernier a demandé que l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) se charge lui-même de la vérification.

Le Dr Robert Filion, chef du département de radiologie, a alors soumis la liste de dossiers au comité d'évaluation médicale de l'hôpital. Soulignant qu'elle portait sur la compétence du Dr Barrette, il a suggéré qu'elle soit examinée par des experts externes. Ce comité ne lui a pas fait rapport.

En février dernier, le Dr Filion s'est adressé aux membres de direction du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens de l'hôpital. «Je m'inquiète du délai important [maintenant près d'un an] du traitement de ce dossier, surtout que d'autres cas d'erreurs ont été notés», a-t-il écrit.

L'hôpital a cherché des experts pour analyser la liste, mais sans succès. Le directeur des services professionnels de l'hôpital, le Dr Francis Méthot, s'est de nouveau tourné vers le syndic du Collège des médecins, le Dr François Gauthier, pour lui demander de l'aide.

«Compte tenu de la situation au département de radiologie de l'HMR [poursuite au civil entre collègues, plaintes de harcèlement rejetées par le Comité de révision], il nous semblait adéquat de demander l'avis d'un expert radiologiste hors HMR pour nous éclairer à savoir s'il y a lieu ou non d'évaluer cette pratique médicale», indique le Dr Méthot au syndic, dans une lettre datée du 10 mai.

«Malgré une approche sans nommer le médecin concerné, la situation du département de radiologie de l'HMR est suffisamment connue pour que les experts contactés nous interrogent sur la possibilité qu'il s'agisse de la pratique du Dr Gaétan Barrette, ce que nous n'avons pu nier. Nous avons contacté un expert hors Québec, qui a refusé. Nous avons également tenté notre chance auprès d'un expert au Québec, sans succès.

«Nous souhaiterions que le Collège [des médecins] puisse nous éclairer sur un expert, à la limite hors Canada, qui pourrait, à la lumière des interprétations prises sur ces dossiers radiologiques, nous informer s'il y a lieu d'aller plus loin ou non dans la nécessité d'évaluer la pratique de ce radiologiste.»

Joint hier, le Dr Barrette a dit qu'il n'avait pas été informé de cette démarche. «D'habitude, quand des affaires comme ça arrivent, on est avisé», s'est-il étonné. Une demi-heure après un premier entretien avec La Presse, il nous a rappelé et a déclaré qu'il était victime d'un coup monté.

L'hôpital n'a pas demandé d'enquête au syndic du Collège des médecins, a-t-il dit. «Par contre, compte tenu du fait qu'on dépose ça [la liste d'erreurs alléguées], on a effectivement demandé au Collège d'avoir une expertise, a-t-il ajouté. Mais ça s'inscrit dans le cadre du conflit, car on est dans un mode de lynchage.»

Sa femme au coeur d'un litige

«J'ai la confirmation de l'hôpital, dans le cadre du conflit qui sévit à l'intérieur de mon département, qu'il y a une opération systématique de relecture de mes examens de façon à trouver des erreurs, a dit le Dr Barrette. Et des erreurs, on va en trouver, parce que le taux d'erreurs en radiologie est aux environs de 3%... Il y a eu une revue des examens [radiologiques] et on a déposé des erreurs... si vous pensez qu'il n'y a pas d'erreurs en médecine, vous ne vivez pas sur la même planète.»

La femme du Dr Barrette, la Dre Marie-Josée Berthiaume, est elle-même radiologiste à l'HMR. Il y a deux ans, la Dre Berthiaume a pris un radiologiste en faute, et ce dernier a mal réagi, a dit le Dr Barrette. À partir de ce moment, les radiologistes de l'HMR se sont ligués pour expulser sa femme du département, affirme-t-il.

«Depuis ce temps-là, il y a des tentatives incessantes, soit pour la lyncher, soit pour me mettre dedans, a-t-il ajouté. Et la raison pour me mettre dedans, c'est parce que je suis président de la Fédération [des médecins spécialistes] et que je négocie des tarifs, et dans la dernière distribution, la radiologie n'a pas été nécessairement favorisée.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer