Santé: pénurie d'employés d'ici 5 ans, prédit Québec

Toutes les manchettes sur le manque d'infirmières dans les hôpitaux  québécois... (Photo: François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Photo: François Roy, Archives La Presse

Toutes les manchettes sur le manque d'infirmières dans les hôpitaux québécois ne décrivent que la pointe de l'iceberg: les pénuries de main-d'oeuvre toucheront une multitude de corps d'emploi, parfois gravement, et ce dans cinq ans seulement.

Selon de nouvelles données du ministère de la Santé obtenues par La Presse Canadienne, l'ampleur de la pénurie d'infirmières auxiliaires explosera de 900%. En chiffres absolus, le nombre de postes que les hôpitaux ne réussiront pas à combler sera multiplié par 11 pour ce corps d'emploi.

La pénurie de préposés aux bénéficiaires et de travailleurs sociaux triplera, alors que le manque d'infirmières, lui, doublera.

Si elles se confirment, les prévisions de Québec annoncent une situation catastrophique pour les patients de la province, notamment pour les aînés, dénonce le Parti québécois. Mais le ministre de la Santé, Yves Bolduc, veut se faire rassurant et plaide que la population n'en ressentira pas les effets. Et il se fie aux travailleurs de la santé qui seront en place pour combler les lacunes.

«Lorsqu'on a entre 10% et 15% de pénurie, quel que soit le secteur, la main-d'oeuvre qui est là est capable de compenser», a-t-il plaidé. «C'est un réseau où les gens sont des gens de coeur.»

Sur 12 corps d'emploi jugés vulnérables par le ministère, seulement quatre -les ergothérapeutes, orthophonistes, technologues en électrophysiologie médicale et technologues en médecine nucléaire- devraient voir une amélioration de leur situation d'ici cinq ans. Dans le dernier cas, l'amélioration est minime: Québec prévoit qu'un seul poste supplémentaire sera comblé.

La situation se dégrade cependant pour les huit autres corps d'emploi. Il s'agit des infirmières, des infirmières auxiliaires, des préposés aux bénéficiaires, des physiothérapeutes, des pharmaciens d'établissement, des psychologues, des travailleurs sociaux et des technologistes médicaux.

Par exemple, Québec prévoit qu'en 2015-16, il sera incapable de combler un poste de psychologue sur cinq dans le réseau public, ce qui représente 547 postes, deux fois plus que les niveaux actuels. Il manque aujourd'hui 233 psychologues au système de santé, soit 10% de la main-d'oeuvre normale.

Des impacts qui inquiètent

L'optimisme du ministre Bolduc semble loin d'être répandue dans le réseau public.

La pénurie de main-d'oeuvre qui attend la province dès 2015 aura des impacts majeurs sur les patients, plaident les représentants des professionnels de la santé.

«Ça veut dire moins de monde sur les unités pour donner les services», a illustré Michel Mailhot, vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), le syndicat qui représente la plupart des infirmières du Québec. «Ça veut dire attendre plus longtemps à l'urgence, ça veut dire attendre plus longtemps avant d'être opéré aussi, parce que ces pénuries-là vont aussi être dans les salles d'opération.»

La présidente de l'Ordre des psychologues, Rose-Marie Charest, qualifie ces nouvelles prévisions de très inquiétantes. Les conditions de travail actuelles poussent les nouveaux diplômés à ouvrir ou à joindre un cabinet de consultation privé.

«Il y a des psychologues qui travaillent dans le réseau public, même s'ils gagnent beaucoup moins cher», a fait valoir Mme Charest. «Sauf qu'il y a une limite à tolérer la différence entre les deux.»

Alors que les patients du réseau public doivent déjà attendre «des mois» avant d'obtenir un premier rendez-vous avec un psychologue, le problème se creusera davantage avec l'aggravation de la pénurie, estime Rose-Marie Charest.

Pour sa part, le ministre Bolduc fait valoir que les employés du réseau public pourront en faire plus grâce à la réorganisation du travail. Les prévisions de son propre ministère doivent donc être prises avec un grain de sel, a-t-il expliqué en entrevue téléphonique.

«Ça fait 26 ans que je suis dans le réseau et tout le monde a toujours prédit ça», a-t-il dit, en référence à la pénurie annoncée. «Les patients, ils sont là et il faut s'en occuper.»

Le ministre avance aussi que les étudiants sont de plus en plus attirés vers les professions de la santé. Certains emplois qui nécessitent une formation courte, comme les préposés aux bénéficiaires, pourraient ainsi obtenir de nombreux nouveaux candidats assez rapidement.

«Avec tout ce qu'on fait, on devrait amenuiser de beaucoup la pénurie de main-d'oeuvre».

Toutefois, «je ne dis pas qu'il n'y aura pas une certaine pénurie», a-t-il admis.

Une «certaine pénurie» qui fait beaucoup plus peur à Agnès Maltais, porte-parole du Parti québécois en matière de santé. «Les infirmières et les infirmières auxiliaires, on ne le dit pas souvent, mais ce sont les deux corps d'emploi qui donnent véritablement des soins», a-t-elle cité en exemple, au cours d'une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

«Quand on voit passer la proportion d'infirmières manquantes de 4% à 8%, alors qu'on est déjà en déficit dans plusieurs régions du Québec, alors qu'on s'arrache actuellement les infirmières à travers le Québec, là il y a un sérieux problème qui s'en vient. Un très sérieux problème.»

Pour Mme Maltais, le gouvernement du Québec doit rapidement confronter les médecins afin de mieux répartir les tâches qui leur sont habituellement réservées. Les «super-infirmières» et les pharmaciens devraient notamment jouir de plus de latitude pour traiter les maladies bénignes, a-t-elle plaidé.

Les conditions de travail, notamment la flexibilité des horaires de travail, doivent aussi être améliorées, selon Agnès Maltais.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer