Taillefer: «Si je suis membre du PQ, c'est malgré moi»

Alexandre Taillefer... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Alexandre Taillefer

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal et Québec) Le président de la campagne du Parti libéral du Québec (PLQ), l'homme d'affaires Alexandre Taillefer, vient d'affirmer à La Presse que s'il est membre du Parti québécois (PQ), ce serait à son insu.

«Je suis étonné. J'ai fait un don à Jean-François Lisée pour sa campagne au leadership. Est-ce que ce don s'est transformé en carte de membre ? C'est peut-être le même formulaire. Si je suis membre, c'est malgré moi», a affirmé sur un ton léger M. Taillefer.

Du même souffle, il nie avoir été membre de la Coalition avenir Québec (CAQ) en 2014-2015 comme il a été mentionné sur Twitter plus tôt jeudi après-midi. Le PQ et la CAQ confirment que M. Taillefer a été l'un de leurs membres. Au PQ, la carte de M. Taillefer serait valide jusqu'en 2020. Pour ce qui est de la CAQ, M. Taillefer aurait eu une carte de membre en 2014-2015.

«J'ai contribué à la CAQ, au PQ et au PLQ. C'est disponible sur le site du Directeur général des élections. Mais il ne faut pas mélanger un don avec le membership», a-t-il indiqué.

Ce dernier reconnaît toutefois avoir été membre du PQ en bonne et due forme en 2005. Il soutient n'avoir jamais milité pour autant dans les rangs péquistes. Il a d'ailleurs répété ne pas être un indépendantiste.

Alexandre Taillefer ne voit aucun embarras dans ces révélations, ni pour lui ni pour le Parti libéral. Il ne s'est jamais caché du soutien financier qu'il accorde aux personnes qui osent se lancer dans la mêlée politique. «Il faut favoriser l'engagement citoyen», a-t-il dit avant de rappeler qu'il s'est lui-même décrit comme un «queer politique». «Un parti politique, ce n'est pas une religion».

Taillefer ne se juge pas en conflit d'intérêts

Alexandre Taillefer, affirme qu'il n'est pas en conflit d'intérêts en s'impliquant en politique tout en étant propriétaire de médias d'information et inscrit au registre des lobbyistes.

«Je ne suis pas en conflit d'intérêts, je n'ai pas un rôle d'élu, je ne me présente pas pour être ministre», a soutenu l'homme d'affaires jeudi lors d'une mêlée de presse qui a été diffusée par Radio-Canada sur Twitter. 

«Le rôle du registre des lobbyistes, c'est de déclarer les intérêts des entreprises, et ce que je peux voir aujourd'hui avec l'acharnement que vous avez à me poser ces questions-là, c'est que je serai scruté à la loupe. (...) Il va falloir que je me démontre patte blanche absolue. Je pense que j'arrive avec un bagage en termes d'intégrité et de réputation [et] et je vais maintenir ça», a poursuivi celui qui est propriétaire de L'actualité, de Voir et de Téo Taxi, entre autres. 

Ses adversaires attaquent 

L'arrivée d'Alexandre Taillefer en politique à titre de président de la campagne électorale du PLQ a soulevé de nombreuses questions, jeudi, dans les mêlées de presse qui ponctuent les travaux parlementaires à l'Assemblée nationale. 

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a affirmé jeudi que M. Taillefer sera «un président de campagne», soulignant qu'il n'est pas «un candidat à un poste électif». 

«Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts [puisque] c'est [un poste] pour le temps de la campagne», a dit le chef libéral. 

«Les gens qui deviennent membre du Parti libéral du Québec, je ne pense pas qu'ils mettent leurs fonds dans une fiducie sans droit de regard», a renchéri quelques minutes plus tard Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement, rappelant que le poste de directeur de campagne est un poste bénévole occupé par un militant du parti. 

Or, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a également exprimé jeudi le souhait qu'Alexandre Taillefer, propriétaire d'entreprises de presse, prenne «les mesures que tous ceux qui s'engagent en politique doivent prendre, c'est-à-dire être prudent et transparent, s'assurer qu'il n'y a pas de situation de conflit ou des situations apparentes de conflits d'intérêts». 

«Ça s'applique à lui, ça s'applique à tout le monde, ça s'applique à tous les partis et ça s'applique à tous ceux qui s'impliquent en politique», a affirmé M. Moreau. 

En politique et dans les médias

La situation d'Alexandre Taillefer, dont l'entreprise est notamment propriétaire du journal culturel Voir et du magazine d'affaires publiques L'actualité, rappelle pour certains députés de l'opposition l'arrivée en politique active de Pierre Karl Péladeau, ancien chef péquiste et aujourd'hui président de Québecor, notamment propriétaire du Journal de Montréal et de TVA.

«Il est président de la campagne [électorale du PLQ], la question se pose : va-t-il utiliser ses médias, dont L'actualité, pour faire la promotion du Parti libéral du Québec?», s'est ouvertement questionnée la caquiste Nathalie Roy.

«On a deux magazines qui sont des mensuels. On n'est pas dans un [journal] qui analyse et fait une critique quotidienne de l'actualité. Ce sont des dossiers réfléchis. La qualité des journalistes que l'on a et leur rigueur ne peuvent pas être remise en question. On n'est pas du tout dans une situation problématique», a répondu à cela M. Taillefer. 

Lors d'une mêlée de presse, jeudi, la députée de la Coalition avenir Québec a également rappelé les positions passées de M. Taillefer, en faveur d'une réforme du mode de scrutin, alors que le parti pour lequel il milite s'y oppose. 

«De toute évidence [Alexandre] Taillefer a abandonné ses principes», a pour sa part affirmé Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire.

Taillefer, progressiste? 

Quand il a confirmé jeudi la nouvelle d'abord publiée dans La Presse, Alexandre Taillefer a expliqué sur Twitter qu'il militait pour le Parti libéral en raison des «positions progressistes de [Philippe] Couillard». 

«On ne peut pas être progressiste et faire campagne pour un des partis qui a le plus défait le filet social dans les dernières années», a dit à ce sujet M. Nadeau-Dubois.

La députée péquiste Agnès Maltais a de son côté demandé aux libéraux d'expliquer comment ils réagiront «aux demandes actuelles de M. Taillefer, qui est lobbyiste pour ses deux compagnies, Taxelco et XPND Capital, [alors qu'il est] leur président de campagne électorale».

«Si [Mme Maltais] se levait pour dire qu'il a fait des démarches et qu'il n'était pas inscrit [au registre des lobbyistes], puis que c'était illégal, je comprendrais. Mais elle se dit [présentement]: il respecte toutes les règles, il est transparent, il fait ça comme il faut, c'est bien effrayant! Un moment donné, on peut-tu avoir quelque chose qui marche?», a répondu le leader parlementaire Jean-Marc Fournier lors de la période des questions.  

- Avec Martin Croteau




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer