François Legault invite les jeunes caquistes à une nouvelle révolution tranquille

François Legault... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

François Legault

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne
Granby

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a convié les jeunes Québécois à prendre part à une nouvelle Révolution tranquille au Québec.

Lors d'un discours au Congrès de la relève à Granby, dimanche, M. Legault a rappelé que pendant la Révolution tranquille, «tout bougeait au Québec» et que tout le monde était «fier d'être Québécois».

«C'était l'époque de l'Expo 67, après ça des Expos, une équipe de la ligue nationale (de baseball), ensuite, le métro de Montréal, les Olympiques», a-t-il affirmé.

«Franchement, on était peut-être bien orgueilleux, mais hé! Qu'on était fiers d'être Québécois!»

M. Legault a déploré que le Québec «tourne en rond» depuis les 45 dernières années, marquées par les règnes de deux partis - le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, omettant les trois ans de règne de l'Union nationale (1967-1970).

«Je suis content de voir qu'à la CAQ, il y a des gens qui viennent des deux partis et qui acceptent de venir travailler ensemble, à faire une espèce de deuxième Révolution tranquille, à relancer le Québec», a-t-il déclaré devant les jeunes de son parti, qui sont âgés de moins de 30 ans.

Le chef caquiste a déclaré qu'il était «plus optimiste que jamais» sur les chances de son parti aux prochaines élections générales. Il a affirmé qu'au terme d'une tournée de la province, il avait ressenti «un vent de changement» partout au Québec.

M. Legault a comparé son parti aux «bleus nationalistes» qui, a-t-il affirmé, défendaient jadis l'identité du Québec tout en gérant les finances publiques de façon rigoureuse.

Plus de jeunes à l'Assemblée nationale

Le chef caquiste s'est par ailleurs engagé à faire «tout ce qui est possible» pour que la CAQ présente plus de candidats âgés de moins de 40 ans.

Le chef caquiste a cité deux exemples qui ont donné de bons résultats selon lui: le jeune député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, et la candidate de la CAQ dans Louis-Hébert, Geneviève Guilbault.

En point de presse, il n'a pas voulu préciser s'il visait un nombre ou un pourcentage de jeunes en particulier pour les prochaines élections, mais il a promis qu'il s'engagerait personnellement à choisir plus de candidats de moins de 40 ans.

«Il faut de l'expérience, mais aussi des jeunes. Quand on veut faire un changement, on a besoin que le gouvernement soit poussé par des jeunes», a-t-il expliqué.

M. Legault a par ailleurs salué les propositions «visionnaires» et «pragmatiques» des jeunes caquistes, soulignant notamment la proposition d'élaborer une politique nationale d'architecture.

Il s'est aussi dit en faveur d'une proposition qui avait provoqué des débats, dimanche matin, auprès des jeunes.

L'idée de bonifier l'aide financière à un des deux parents d'un enfant de 4 ans et moins qui choisirait de rester à la maison a attiré les critiques de certains jeunes, qui s'étaient dits inquiets de l'impact d'une telle mesure sur la place des femmes dans le marché du travail.

«Au Québec, malheureusement, on n'a pas assez d'enfants. Donc, moi je ne voudrais pas qu'il y ait un parent qui refuse d'avoir un deuxième, un troisième ou un quatrième enfant pour des raisons financières. On en veut des enfants», a-t-il expliqué.

Plusieurs enjeux discutés

Les jeunes de la CAQ étaient réunis en fin de semaine pour adopter des propositions à un an des élections générales au Québec.

La commission de la relève de la CAQ a pris position sur plusieurs enjeux, dont l'entrepreneuriat et les politiques familiales.

Les jeunes membres ont voté à l'unanimité pour donner plus de libertés aux entrepreneurs afin de favoriser l'économie collaborative, dont font partie les entreprises Uber et Airbnb.

Ils se sont aussi prononcés sur la procréation assistée; une majorité d'entre eux veut rétablir l'aide financière qui était en place avant la réforme du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Ils ont cependant précisé qu'il faudra ajouter «certaines balises».

Samedi, les jeunes de la CAQ se sont opposés à l'idée d'abaisser le droit de vote à 16 ans.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer