Confirmée comme chef, Martine Ouellet veut faire renaître le Bloc

Martine Ouellet est devenue aujourd'hui chef du Bloc... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Martine Ouellet est devenue aujourd'hui chef du Bloc québécois, faute de rival à qui s'opposer.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Bloc québécois est un «phénix» qui renaîtra de ses cendres, a promis Martine Ouellet, mardi, après avoir eu la confirmation qu'elle prendra la tête du parti fédéral.

Le seul autre candidat à la chefferie du Bloc, Félix Pinel, s'est désisté lundi, laissant la voie libre à la députée de Vachon.

Prenant acte de sa victoire, Mme Ouellet a promis de réaliser le «potentiel» de la formation indépendantiste.

«Le Bloc québécois, ce n'est pas un dinosaure, c'est un phénix, a-t-elle illustré. Le Bloc québécois, c'est un parti fort qui est sous-estimé: 25 000 membres à travers toutes les régions du Québec, c'est énorme, c'est plus que les ailes québécoises du NPD et du Parti conservateur mises ensemble.»

Mme Ouellet prendra la tête d'un parti qui compte 10 députés à la Chambre des communes. Elle a réitéré mardi qu'elle n'a pas l'intention de renoncer à son poste de députée à l'Assemblée nationale.

Elle entend se rendre à Ottawa chaque lundi, à Québec le mardi, mercredi et jeudi, puis dans sa circonscription sur la Rive-Sud de Montréal du vendredi au dimanche.

Elle prévoit faire quelques rares exceptions, par exemple lors du dépôt du budget fédéral la semaine prochaine. À cette occasion, elle s'absentera de l'Assemblée nationale pour la journée pour se rendre dans la capitale fédérale.

Martine Ouellet estime qu'Ottawa est «la meilleure place pour préparer l'indépendance» du Québec. À titre de chef du Bloc québécois, elle se présente comme «la représentante de l'ensemble des indépendantistes». Elle relègue du coup au second plan la «défense des intérêts du Québec» qui a longtemps été prônée par son prédécesseur Gilles Duceppe.

Le passage de la députée de Vachon en politique fédérale a une fois de plus fait controverse à l'Assemblée nationale, où ses adversaires et même ses anciens collègues ont critiqué son double-rôle. 

«Ni M. Couillard, ni M. Lisée, ni M. Legault n'assument une charge fédérale, a ironisé le leader parlementaire du Parti libéral, Jean-Marc Fournier. Elle est donc la seule qui aspire à voir financer par le parlement de Québec une charge fédérale. C'est une première depuis 140 ans.»

Le député péquiste François Gendron a réitéré ses «réserves» devant le cumul des fonctions de son ancienne collègue. Des inquiétudes que ne partage pas sa collègue Agnès Maltais, qui a confirmé son appui à Mme Ouellet.

«Je connais sa capacité de travail, je lui fais toute confiance pour ne pas négliger ses citoyens», a dit Mme Maltais.

La députée soutient en revanche que Martine Ouellet a erré lorsqu'elle a tenu un point de presse dans les locaux de l'Assemblée nationale sur la protection des sièges sociaux, il y a deux semaines. Elle n'aurait pas dû diffuser un communiqué portant à la fois l'entête de l'Assemblée nationale et celle de la Chambre des communes.

«Elle a fait une petite erreur sur le logo et elle l'a réglé, a dit Mme Maltais. Elle fait maintenant son point de presse à l'extérieur (de l'Assemblée nationale).»

À titre de chef du Bloc québécois, Martine Ouellet se présente comme «la représentante de l'ensemble des indépendantistes». Elle relègue du coup au second plan la «défense des intérêts du Québec» qui a longtemps été prônée par son prédécesseur Gilles Duceppe.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer