Québec veut rétablir la crédibilité de la CMQ

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement Couillard veut réhabiliter la Commission municipale du Québec (CMQ), dont la crédibilité a été mise à mal par la commission Charbonneau.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, entend lui conférer un «pouvoir accru» et lui «redonner la crédibilité» qu'elle avait à l'époque du juge Richard Beaulieu, président de la CMQ de 1973 à 1989. Ce dernier débarquait dans des villes sur lesquelles pesaient des soupçons. Dans une entrevue au Soleil en 2010, il demandait d'ailleurs à Québec de «rhabiller» cet organisme devenu «pépère».

L'automne dernier, la juge France Charbonneau a soutenu que la CMQ «est peut-être importante sur papier», mais qu'elle ne l'est pas «dans les faits». La CMQ n'a pas mené une enquête de son propre chef depuis 1988, a-t-on constaté devant la commission Charbonneau, par exemple.

Notons qu'en 1994, des pouvoirs lui ont été retirés au profit du ministère des Affaires municipales. Dix ans plus tard, le gouvernement Charest a eu l'intention d'abolir l'organisme.

La CMQ est devenue au fil du temps un point de chute pour des politiciens et des mandarins, comme l'a déjà signalé La Presse. Pierre Moreau a d'ailleurs reconnu que dans le passé, des nominations avaient alimenté la perception négative à l'égard de la CMQ.

Peu de temps après son arrivée au pouvoir, le gouvernement Couillard a sorti l'ancienne directrice de cabinet de Bernard Landry, Brigitte Pelletier, de son poste de sous-ministre à l'Emploi pour la nommer à la tête de la CMQ. Hier, le ministre Moreau a réitéré sa confiance en Mme Pelletier avec qui il travaille à «l'élargissement du mandat» de l'organisme.

«Dans le cadre des négociations avec les municipalités, on va leur donner un pouvoir beaucoup plus large, une autonomie beaucoup plus grande, a-t-il expliqué. Et si on veut donner une autonomie beaucoup plus grande, il faut affranchir les municipalités d'une relation de contrôle et d'examen du pouvoir politique du gouvernement du Québec.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer