Enquête sur un député: «Je ne crois pas que c'est vrai», dit Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

(QUÉBEC) Le premier ministre désigné Philippe Couillard met en doute l'allégation voulant que l'un de ses députés, réélu, fasse l'objet d'une enquête de l'UPAC.

« Je ne crois pas que c'est vrai. Je n'ai aucune information sur ça », a-t-il affirmé lors d'une brève mêlée de presse jeudi, juste avant la prestation de serment des 70 députés libéraux élus le 7 avril.

Mercredi, un reportage de Radio-Canada affirmait qu'une enquête de l'UPAC vise un député réélu du Parti libéral. On n'identifiait pas ce député.

« On fait toutes les vérifications nécessaires » pour connaître son identité, « mais on n'a pas cette information », a soutenu M. Couillard.

Ce député devrait-il lui-même reconnaître qu'il est sous enquête ? « Si c'est vrai... Moi, j'assume que ce que dit Radio-Canada, par définition, doit être exact. Mais je n'ai aucune évidence de ça », a-t-il répondu. En anglais, il a carrément dit qu'il ne croit pas que cette allégation soit vraie.

Des déclarations assermentées d'enquêteurs de l'escouade Marteau, le bras armé de l'UPAC, font état d'un stratagème présumé de financement occulte au Parti libéral. Ces déclarations avaient été rédigées pour obtenir des mandats de perquisition à la permanence du PLQ, en juillet 2003. On y parle entre autres de l'existence d'un « 127e comté», fictif, où le PLQ aurait déposé le « financement sectoriel » provenant de grandes entreprises, dont des firmes de génie-conseil. Ces dons auraient été faits par le biais de prête-noms. Cette pratique est illégale.

« Les informations qui ont été rendues publiques (mercredi) étaient inconnues de moi jusqu'à ce qu'elles soient rendues publiques », a plaidé Philippe Couillard. Le chef libéral a rencontré des enquêteurs de l'UPAC l'automne dernier, un entretien qui, disait-il alors, a porté sur le « fonctionnement » et les « pratiques » actuels et passés du PLQ en matière de financement.

Philippe Couillard estime que le Parti québécois a lui aussi « à répondre à des questions sur les mêmes documents ». Le projet Joug de l'UPAC vise également le financement du PQ, comme l'a révélé La Presse en mars.

« L'ensemble de la classe politique, incluant le Parti québécois, est interpellé par ce qu'on voit depuis quelque temps à la commission (Charbonneau) et ailleurs. L'ensemble de la classe politique a posé conjointement des gestes importants depuis les deux dernières années, avant l'élection de septembre 2012, après l'élection de septembre 2012. L'environnement dans lequel nous fonctionnons actuellement a totalement changé. On n'est plus, dieu merci, dans cet environnement de financement qui existait avant les gestes récents », a affirmé Philippe Couillard.

Les déclarations assermentées d'enquêteurs de l'escouade Marteau montrent que l'UPAC cible entre autres l'ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, qui était affectée à la formation des candidats à la permanence du PLQ durant la dernière campagne électorale.

Pour Philippe Couillard, ces allégations ne viennent pas jeter de l'ombre sur l'assermentation des élus libéraux. « Rien ne vient assombrir cette très belle journée », a-t-il dit, un discours repris par plusieurs de ses députés. Robert Poëti, ex-policier, demande à Radio-Canada de révéler l'identité du député libéral qui serait sous enquête. «Ce que je trouve malheureux, c'est que si on laisse sous-entendre des choses, qu'on les dise au complet. Que Radio-Canada donne le nom. On veut le savoir, les citoyens du Québec veulent le savoir, et la police doit le savoir», a-t-il dit.

Tous les députés rencontrés ont affirmé qu'ils ne font pas l'objet d'une enquête de l'UPAC. « J'ai répondu à toutes ces questions, je n'ai rien à ajouter, et je peux vous dire que je dors tranquille », a déclaré Sam Hamad, ancien vice-président de Roche, une firme de génie-conseil citée dans les déclarations assermentées des enquêteurs. « Je n'ai jamais rencontré aucun enquêteur de l'UPAC, jamais, jamais », a-t-il ajouté.

Son collègue Yves Bolduc a affirmé que l'UPAC a demandé à le rencontrer « comme ministre » - il était à la Santé sous Jean Charest. «Je ne suis pas visé du tout. Au départ, ils (NDLR les enquêteurs) m'ont dit qu'il n'y avait rien qui me concernait. C'était juste pour avoir des informations », a-t-il affirmé sans préciser la nature des informations demandées.

Pierre Moreau a « hâte » que les enquêtes soient complétées, « qu'on aille au fond des choses ». Il refuse que « la réputation du Parti libéral soit basée sur le fait de certains individus qui auraient, car on est encore dans des allégations, choisi de commettre des illégalités ». « On ne peut pas partir d'une allégation qui n'est pas prouvée encore et faire de la culpabilité par association. Laissons la police faire son travail », a dit le député de Châteauguay.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer