Une guerre de clans éclate au Bloc québécois

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet.... (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE)

Agrandir

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet.

PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Les députés et la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, se rencontreront derrière des portes closes ce matin à Ottawa pour tenter de régler la crise majeure qui agite la formation et qui a poussé la chef et sept de ses députés à s'affronter publiquement dans les médias, mercredi.

Sept des dix députés bloquistes ont affirmé dans un point de presse en fin de journée que le lien de confiance avec la chef de leur parti avait été rompu. Cette dernière s'est quant à elle tournée vers une station de radio de Montréal pour dénoncer une mutinerie au sein de son caucus et appeler ses membres à mettre leur ego de côté.

Les tensions entre la chef bloquiste et ces députés montaient depuis plusieurs semaines, mais elles ont éclaté au grand jour lorsqu'il a été révélé par le Huffington Post en matinée que le chef de cabinet de Mme Ouellet, Louis-Philippe Dubois, a divulgué des informations aux médias pour tenter de nuire à l'un d'eux, Rhéal Fortin.

Mme Ouellet et son chef parlementaire, Xavier Barsalou-Duval, ont aussitôt annoncé dans un bref communiqué que leur proche collaborateur serait congédié. « Il n'a plus le lien de confiance avec l'ensemble de l'aile parlementaire nécessaire à la réalisation de son travail, ont-ils déclaré. Mme Ouellet et M. Barsalou-Duval condamnent toutes pratiques de [fuite] dans les médias. »

Quelques minutes plus tard, les sept députés, dont le président du caucus, Louis Plamondon, ont organisé une conférence de presse sur la colline Parlementaire pour dénoncer la situation et annoncer qu'une réunion d'urgence avait été convoquée par M. Plamondon à 18 h, à laquelle Mme Ouellet devait assister.

« ÇA SUFFIT »

Or, durant l'après-midi, la chef élue en mars a accordé une entrevue à une station de radio de Montréal dans laquelle elle a affirmé qu'elle n'était pas au courant de la démarche de son chef de cabinet, et a accusé des membres du caucus d'avoir eux aussi tenté de divulguer de l'information aux médias.

« Il y a une espèce de mutinerie, je pense qu'il faut qu'elle s'arrête là, à l'intérieur du caucus et du personnel de l'ancienne gang. Ce n'est pas la première fois, [l'ancien chef] Mario Beaulieu a vécu la même chose. Donc je pense que ce genre de petite guéguerre d'ego, une fois que la démocratie a parlé, qu'il y a eu une course à la chefferie, ça suffit », a lancé celle qui siège toujours comme députée indépendante à l'Assemblée nationale.

La chef et les trois députés qui lui sont fidèles ne se sont pas présentés à la réunion d'urgence à 18 h, préférant convoquer une autre rencontre à 9 h ce matin, à laquelle tous ces députés entendent participer.

Avant d'entrer dans la salle avec ses six collègues, le député Louis Plamondon a dénoncé avec encore plus de virulence le comportement de sa chef. « C'est certain que la décision de Mme Ouellet de ne pas venir ce soir et de préférer accorder une entrevue au 98,5 nous a extrêmement déçus », a-t-il déclaré.

M. Plamondon n'a pas voulu aller jusqu'à réclamer la démission de Mme Ouellet, mais a indiqué que « pour le moment, la confiance est rompue ».

« Elle devra regagner la confiance pour qu'on puisse continuer à travailler avec elle », a-t-il ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer