Trudeau promet une baisse d'impôts pour la classe moyenne

Les promesses de Justin Trudeau s'inscrivent dans la rhétorique... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Les promesses de Justin Trudeau s'inscrivent dans la rhétorique du Parti libéral du Canada (PLC) depuis qu'il en est devenu chef.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le chef libéral Justin Trudeau a procédé lundi à la première annonce majeure de sa plateforme électorale en promettant deux mesures pour alléger le fardeau fiscal de la classe moyenne.

La première promesse vise les Canadiens qui gagnent entre 45 000 et 90 000 dollars par année : leur taux d'imposition fédéral passerait de 22 à 20,5 %, ce qui leur permettrait d'économiser jusqu'à 670 $ par année.

La seconde bonifie deux programmes d'allocations familiales existants pour permettre aux ménages qui gagnent moins de 150 000 $ de recevoir plus d'argent.

Ces promesses s'inscrivent dans la rhétorique du Parti libéral du Canada (PLC) depuis que Justin Trudeau est devenu chef, et selon laquelle la classe moyenne est négligée par le gouvernement Harper, qui donne trop d'argent aux plus nantis.

« Au cours des dix dernières années, Stephen Harper a ignoré les gens qui forment la colonne vertébrale de notre économie, peut-on lire dans une note explicative du PLC. Les gens qui doivent travailler de plus en plus d'heures et cumuler les emplois et qui reçoivent de moins en moins en retour. »

Les libéraux paieraient la note de la première promesse, qui s'élèverait à 3 milliards de dollars, en augmentant le taux d'imposition des contribuables qui gagnent plus de 200 000 $, le faisant passer de 29 à 33 %. 

Quant à la seconde promesse, les libéraux comptent ajouter quatre milliards de dollars à deux programmes existants qui totalisent déjà 18 milliards : la Prestation fiscale pour enfants et le supplément de la Prestation nationale pour enfants. Ces programmes seraient dorénavant regroupés sous l'appellation « Allocation canadienne aux enfants », qui serait donc assortie d'une enveloppe de 22 milliards. 

Les 4 milliards supplémentaires proviendraient en partie de l'annulation du fractionnement du revenu (2 milliards). Cette mesure controversée incluse par le gouvernement Harper dans le dernier budget est qualifiée par les libéraux et le NPD d'avantage pour les plus riches au détriment des plus pauvres.

L'autre 2 milliards serait un « nouvel investissement », dont la provenance sera précisée dans la plateforme électorale. « Notre engagement à l'égard de l'équilibre budgétaire sera démontré dans notre plan fiscal qui sera dévoilé en même temps que notre plateforme », précise la note explicative du PLC.

L'allocation canadienne aux enfants bonifierait les prestations des ménages avec enfants dont le revenu annuel est de 150 000 $ et moins, soit la vaste majorité des familles canadiennes.

Selon les calculs présentés par les libéraux, une famille avec deux enfants qui gagne 200 000 $ reçoit actuellement 1425 $ par année en vertu des deux programmes existants. Les libéraux couperaient cette prestation. En revanche, la même famille, mais avec un revenu de 45 000 $ verrait ces prestations passer de 5900 à 9850 $, et une famille qui gagne 90 000 $ verrait aussi ses prestations augmentées, de 3300 à 5875 $.

On s'attend à ce que ces promesses soient scrutées à la loupe par les adversaires de M. Trudeau, qui l'accusent depuis plusieurs mois de manquer de contenu. Le PLC avait jusqu'ici refusé de dévoiler des éléments de sa plateforme électorale, disant qu'il était trop tôt pour le faire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer