Exclusif

La FTQ veut empêcher la réélection des troupes de Stephen Harper

M. Boyer a indiqué que la FTQ a... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

M. Boyer a indiqué que la FTQ a eu des pourparlers avec d'autres syndicats dans le reste du pays pour stimuler le vote stratégique aux prochaines élections.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) La Fédération des travailleurs du Québec a pris une résolution pour 2015: le puissant syndicat entend tout mettre en oeuvre pour faire mordre la poussière aux conservateurs de Stephen Harper aux prochaines élections, en octobre.

La FTQ a ciblé huit circonscriptions dans les régions de Québec et du Saguenay où elle compte soutenir tout candidat capable de battre un conservateur, et où elle entend appuyer le NPD de Thomas Mulcair, perçu comme un défenseur des droits des travailleurs syndiqués. Elle délaisse donc son ancien allié, le Bloc québécois, qui a régné en maître au Québec pendant près de deux décennies avant de subir une cinglante défaite aux élections du 2 mai 2011. Depuis lors, le Bloc québécois est dirigé par Mario Beaulieu et n'est plus que l'ombre de la force politique qu'il a été sous les Lucien Bouchard, Michel Gauthier et Gilles Duceppe.

«Nous comptons jouer un rôle important aux prochaines élections», a confirmé à La Presse le président de la FTQ, Daniel Boyer. «On veut se débarrasser du gouvernement conservateur. Ce sera n'importe qui sauf les conservateurs. Nous avons adopté des propositions en ce sens à nos instances. Le vote stratégique va favoriser l'élection d'autres candidats que les conservateurs».

M. Boyer a indiqué que la FTQ a eu des pourparlers avec d'autres syndicats dans le reste du pays pour stimuler le vote stratégique aux prochaines élections.

Vote stratégique

Les syndicats n'ont pas caché leur colère dans les derniers mois devant la tentative du gouvernement Harper d'adopter une loi qui rendrait plus difficile le processus d'accréditation syndicale dans les entreprises d'un secteur de compétence fédérale. Le projet de loi sur la transparence financière des syndicats, aussi à l'étude au Sénat, a également soulevé leur indignation.

«Nous allons travailler fort pour barrer la route aux conservateurs au Québec. Cette idée de vote stratégique fait aussi son chemin chez certains affiliés au Canada anglais. Les syndicats du Canada anglais sont vraiment pro-NPD. Ce sont eux qui ont créé le NPD. Ils ont donc des racines dans ce parti. Mais nous sommes en train de les convaincre que, dans certaines circonscriptions, ils auraient intérêt à travailler pour d'autres candidats que le NPD pour faire échec aux conservateurs.»

M. Boyer a indiqué que le Bloc québécois, pour le moment, n'est pas en mesure de s'imposer dans les circonscriptions visées par la FTQ. «Jusqu'ici, on ne voit pas de candidat du Bloc québécois qui pourrait battre des conservateurs. Mais les choses peuvent évoluer. Nous allons nous ajuster en fonction des intentions de vote.»

Le premier ministre Stephen Harper voit d'un très mauvais oeil l'intention exprimée par certains syndicats de s'immiscer de la sorte dans la prochaine campagne électorale.

Dans une entrevue exclusive accordée à La Presse, M. Harper a soutenu que son gouvernement a adopté des mesures pour éliminer l'influence indue de «l'argent» des grandes entreprises ou des syndicats durant les élections.

«Nous avons créé ici un système où ceux qui ont de l'argent ne peuvent plus l'utiliser pour influencer les décisions des gens. Je crois que c'est l'une de nos grandes réalisations. Je pense que ça fonctionne très bien. Évidemment, il y a certaines menaces qui pèsent sur ce système. Je note qu'il y a des syndicats et d'autres groupes qui menacent d'utiliser le big money pour influencer les prochaines élections.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer