Militaires transgenres: le Canada prend le chemin inverse de Trump

Le Canada figure parmi 18 pays qui accueillent... (Photo Przemyslaw Szyszka, archives Reuters)

Agrandir

Le Canada figure parmi 18 pays qui accueillent actuellement les transgenres dans les rangs de leur armée, incluant Israël, l'Australie, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Photo Przemyslaw Szyszka, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lee Berthiaume
La Presse Canadienne

Les Forces armées canadiennes (FAC) travaillent à améliorer leur politique sur les transgenres, au moment où le président américain Donald Trump veut interdire les personnes transgenres dans les forces armées des États-Unis.

Les FAC ont levé leur propre interdiction des personnes transgenres et LGBT à la suite d'une cause devant les tribunaux en 1992 - un fait souligné par l'armée canadienne sur Twitter, mercredi.

«Peu importe votre identité/orientation sexuelle, enrôlez-vous dans les  FAC», a-t-on écrit. Le mot-clic  LaDiversitéFaitLaForce suit le message, et fait un lien vers la page des emplois au sein des forces armées.

Le porte-parole du ministère de la Défense nationale Daniel Le Bouthillier a indiqué que le travail se poursuit sur une révision de la politique militaire canadienne sur les transgenres, qui est entrée en vigueur en 2012.

Bien que plusieurs des changements devraient être de nature technique, la révision devrait aussi donner plus de lignes directrices aux unités et aux commandants en ce qui a trait à des éléments de base comme les salles de bain et les douches.

La révision, qui s'est amorcée l'an dernier, devrait être complétée à l'automne.

Il n'y a pas de données officielles sur les personnes transgenres au sein des FAC, mais on évalue qu'elles seraient environ 200.

M. Le Bouthillier a aussi indiqué que l'armée avait payé pour 19 opérations de changement de sexe entre 2008 et octobre 2015, pour un coût total d'environ 309 000 $. Cela correspond à environ 16 200 $ par opération.

Par comparaison, le ministère des Anciens Combattants a dépensé près de 20 millions sur la marijuana à des fins médicales l'an dernier.

Le Canada figure parmi 18 pays qui accueillent actuellement les transgenres dans les rangs de leur armée, incluant Israël, l'Australie, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de défense nationale et d'enjeux LGBTQ, Randall Garrison, a appelé le premier ministre Justin Trudeau à «condamner immédiatement cette directive odieuse du président Trump».

«Le service envers son pays est l'un des plus grands honneurs. Les personnes trans qui sont dans l'armée actuellement et celles qui souhaitent y entrer sont, à bien des égards, les plus braves parmi les braves», a soutenu M. Garrison.

«Le premier ministre Trudeau doit dénoncer cette politique séance tenante afin de démontrer que, non seulement le Canada respecte les droits de la personne, mais que nous allons aussi nous dresser contre la discrimination, même lorsqu'elle prend sa source chez notre plus proche voisin et notre plus grand allié», a-t-il ajouté.

Le gouvernement libéral a toutefois écarté les questions sur M. Trump, alors que le bureau du ministre de la Défense Harjit Sajjan a souligné que le personnel militaire transgenre est autorisé ouvertement depuis 25 ans.

«Notre position sur leur service précieux dans les forces armées n'a pas changé», a dit la porte-parole Jordan Owens.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer