Les Québécois ouverts à la diversité sexuelle, mais...

Parmi les répondants, 78 % se disent ouverts aux personnes... (PHOTO MATHIEU WADELL, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Parmi les répondants, 78 % se disent ouverts aux personnes homosexuelles, bisexuelles et trans, près de la moitié en disent autant de la société québécoise.

PHOTO MATHIEU WADELL, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La majorité des Québécois affichent un grand degré d'ouverture à la diversité sexuelle, en particulier s'ils côtoient des personnes homosexuelles, bisexuelles ou trans, selon un récent sondage réalisé pour le ministère de la Justice. Toutefois, si l'ouverture à la diversité est en hausse, environ 20 % des Québécois demeurent mal à l'aise devant deux hommes qui s'embrassent, à l'idée que leur enfant soit trans ou que les trans utilisent les toilettes de leur choix. Survol.

PRÈS DE 80 % SE DISENT OUVERTS

Les Québécois qui se perçoivent comme ouverts à la diversité sexuelle considèrent que la société n'est pas très ouverte, et vice-versa. Ainsi, si 78 % des répondants se disent ouverts aux personnes homosexuelles, bisexuelles et trans, près de la moitié en disent autant de la société québécoise. Cette perception demeure plutôt stable par rapport au dernier sondage de 2013. Les personnes les plus ouvertes à la diversité sexuelle sont les jeunes, les gens avec un revenu supérieur et ceux qui connaissent des personnes LGBT.

6 % : Pourcentage des gens qui se disent fermés à la diversité sexuelle

1 SUR 10 : Proportion des personnes qui sont « mal à l'aise » de voir deux hommes marcher main dans la main.

PLUS À L'AISE AVEC LES HOMOSEXUELS

Les Québécois se disent en grande majorité « à l'aise » avec les homosexuels (80 %) et les bisexuels (75 %), alors que trois personnes sur cinq le sont avec les trans, une proportion qui est toutefois en hausse par rapport à 2013. A contrario, 19 % sont « mal à l'aise » avec les trans, contre 7 % avec les lesbiennes et 10 % avec les gais.

MOINS À L'AISE AVEC LES PERSONNES TRANS

En général, plus une personne homosexuelle, bisexuelle ou trans est proche du cercle personnel des répondants, moins ceux-ci sont à l'aise, par exemple pour leur enfant ou leur meilleur ami. Les répondants se disent bien davantage « mal à l'aise » par rapport aux personnes trans que pour les gais, lesbiennes et bisexuels.

Se dit « à l'aise » ou « très à l'aise » que cette personne soit homosexuelle : 

  • Voisin : 87 %
  • Collègue : 86 %
  • Meilleur ami : 83 %
  • Médecin : 80 %
  • Enfant : 74 %

Se dit « à l'aise » ou « très à l'aise » que cette personne soit trans : 

  • Voisin : 84 %
  • Collègue : 73 %
  • Médecin : 67 %
  • Meilleur ami : 66 %
  • Enfant : 57 %

L'HOMOPARENTALITÉ

Plus de quatre Québécois sur cinq (82 %) estiment que des parents de même sexe peuvent être d'aussi bons parents que des parents de sexe opposé. Seulement 5 % sont en désaccord avec cette affirmation, alors que 17 % l'étaient dans le sondage de 2013. Néanmoins, l'homoparentalité suscite toujours certaines réserves : près du tiers des répondants croient qu'un enfant doit avoir des parents de sexe opposé, et 18 % ne sont ni d'accord ni en désaccord.

39 % : Pourcentage des personnes qui sont d'accord qu'il est facile de reconnaître un homme gai dans un groupe ou un lieu public.

20 % : Pourcentage des gens qui ne sont pas d'accord qu'une « personne trans devrait pouvoir utiliser la toilette publique de son choix ». L'accès aux toilettes publiques pour les transgenres fait l'objet d'une bataille juridique et politique féroce aux États-Unis depuis l'an dernier, contrairement au Québec. Dans ce récent sondage, plus de trois personnes sur cinq (62 %) sont d'accord qu'une personne trans devrait pouvoir utiliser les toilettes publiques de son choix. Le sondage n'aborde toutefois pas la question des toilettes de genre neutre.

42,1 % : Proportion des Québécois qui affirment avoir déjà été témoins de discrimination envers les personnes homosexuelles, bisexuelles ou trans

6,7 % : Pourcentage des Québécois qui affirment avoir déjà été victimes d'une telle discrimination.

***

MÉTHODOLOGIE

Le ministère de la Justice a commandé ce sondage à la firme INFRAS afin de connaître la perception des Québécois envers les personnes LGBT dans le cadre de son Plan stratégique 2015-2020 pour lutter contre l'homophobie et la transphobie. Un sondage similaire avait été effectué en 2013. L'enquête téléphonique a été menée entre le 10 et le 16 mars 2017 auprès de 1007 répondants et a été rendue publique le 1er mai. La marge d'erreur est de + ou - 3,09 %, 19 fois sur 20.

- Avec William Leclerc, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer