L'UE reporte sa décision d'imposer le visa aux Canadiens

En avril dernier, la Commission avait recommandé au... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

En avril dernier, la Commission avait recommandé au Parlement et au Conseil européen de se prononcer sur cette question avant le 12 juillet, ce qui n'a pas été fait.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
OTTAWA

La Commission européenne a une nouvelle fois reporté sa décision d'imposer le visa aux voyageurs canadiens.

L'institution notamment responsable des traités attendra finalement le sommet Canada-Union européenne de l'automne prochain en espérant qu'Ottawa abolira finalement son exigence de visas pour les ressortissants de Roumanie et de Bulgarie, deux membres de l'Union.

En avril dernier, la Commission avait recommandé au Parlement et au Conseil européen de se prononcer sur cette question avant le 12 juillet, ce qui n'a pas été fait. Mais la Commission a observé certains signes de progrès dans le dossier, notamment grâce à une visite, la semaine dernière, du ministre canadien de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum.

Le commissaire européen à la Migration et aux Affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, a toutefois rappelé que la commission maintiendrait la pression afin de résoudre ce litige et d'assurer la réciprocité à tous les citoyens de l'Union.

Avant de décider de ne plus exiger un visa aux ressortissants roumains et bulgares, le gouvernement canadien veut connaître tout le tableau, notamment le nombre de demandes de visas rejetées et le nombre d'infractions observées aux règles de l'immigration.

Des hauts fonctionnaires de l'Immigration se sont rendus le mois dernier en Roumanie pour constater les progrès accomplis par ce pays, et ils se rendront en Bulgarie ce mois-ci.

Les arguments pour éliminer cette exigence sont doubles. D'abord, le gouvernement libéral vient d'annoncer qu'il n'exigera plus un visa pour les voyageurs mexicains. Ensuite, l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange canado-européen pourrait être en péril si la Roumanie et la Bulgarie refusaient de signer.

Le ministre McCallum s'est rendu à Bruxelles la semaine dernière pour tenter de calmer le jeu, en attendant le sommet canado-européen des 27 et 28 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer