Sondage CROP-La Presse: 67% des Québécois pour l'interdiction des pitbulls

Soixante-sept pour cent des Québécois se disent favorables... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

Soixante-sept pour cent des Québécois se disent favorables à l'interdiction des pitbulls, et 49 % y sont « très favorables », selon un sondage CROP-La Presse.

PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qu'ils possèdent ou non un chien, deux Québécois sur trois sont d'accord avec l'idée d'interdire dorénavant les pitbulls, révèle un sondage CROP-La Presse. Jeunes ou vieux, hommes ou femmes, francophones ou anglophones, citadins ou villageois : tous voient majoritairement cette mesure d'un bon oeil, quoique dans des proportions un peu différentes.

UNE POSITION FERME

Toutes catégories confondues, 67 % des répondants se disent favorables à l'interdiction des pitbulls - 49 % y étant même « très favorables ». « C'est frappant ! D'habitude, les Québécois préfèrent les positions mitoyennes et ne prennent pas de position aussi ferme », affirme le vice-président de CROP, Youri Rivest.

Peu de Québécois se situent à l'autre bout du spectre, seulement 17 % des répondants n'étant « pas du tout » d'accord avec l'idée de bannir les pitbulls. Leurs défenseurs ont beau être omniprésents sur les réseaux sociaux, « ils ne sont pas si nombreux », conclut le sondeur.

MÊME LES MAÎTRES

Les propriétaires de chiens - un Québécois sur quatre - ne se distinguent guère : 60 % d'entre eux sont favorables à l'interdiction des pitbulls, contre 69 % pour ceux qui n'ont pas de chien. Ils le sont toutefois de façon moins tranchée : seulement 31 % d'entre eux sont « très favorables » à l'idée.

Au Québec, au moins 90 % des propriétaires de chiens n'ont pas opté pour un pitbull. Et certains d'entre eux ont peur que leur animal ne soit attaqué par un de ces molosses, créés pour les combats.

L'INFLUENCE DE L'ÂGE

« On est plus craintif quand on vieillit », observe Youri Rivest. En effet, 79 % des répondants de 55 ans et plus approuvent l'interdiction des pitbulls (et 60 % totalement), tandis qu'une mince majorité des 18-34 ans (51 %) pense la même chose. Et 32 % d'entre eux sont « tout à fait » d'avis contraire.

Il est possible que les répondants plus âgés s'identifient davantage à la femme de Pointe-aux-Trembles tuée par un pitbull, puisqu'elle avait 55 ans. « Cet événement a été déterminant. Les cas concrets ont plus d'impact sur l'opinion que les statistiques, dit M. Rivest. La relation à l'animal peut aussi avoir changé chez les jeunes. Ils font plus d'anthropomorphisme. »

FEMMES SENSIBLES

Contrairement à ce qu'on aurait pu s'imaginer, les hommes approuvent davantage que les femmes l'idée d'interdire les pitbulls : 71 % d'entre eux y sont favorables, contre 63 % des femmes. « C'est peut-être parce que les femmes sont plus sensibles au sort des animaux », avance M. Rivest. Celles-ci perçoivent souvent les pitbulls comme des chiens injustement mal aimés.

Le plus grand groupe américain de défense des pitbulls, Animal Farm Foundation, est dirigé par une femme, Stacey Coleman, qui possède sept chiens et six chats et est assistée par six autres femmes et un seul homme.

Un autre groupe, Pinups for Pitbulls, vend des calendriers montrant des vamps tout en jambes avec ces chiens.

VILLES DISTINCTES

Dernière différence à noter : en ville, les répondants sont plus favorables à l'interdit, puisque 70 % des gens des régions métropolitaines de recensement (RMR) de Québec et de Montréal le sont (49 % fortement), contre 63 % (dont 36 % fortement) des autres Québécois. « En région, on valorise plus qu'en ville le fait d'avoir une vie moins réglementée, moins balisée, analyse M. Rivest. Et avoir un chien en ville, ce n'est pas du tout pareil, c'est moins naturel qu'à la campagne. »

LÀ OÙ ÇA CHANGE

Avant les attaques, la SPCA avait convaincu plusieurs localités (comme Sherbrooke ou Lachine) de cesser d'interdire les pitbulls. De nouvelles données révélées dans La Presse et, surtout, la mort de Christiane Vadnais ont tout fait basculer. Non seulement le gouvernement du Québec a-t-il annoncé qu'il pensait bientôt interdire les pitbulls à l'échelle de la province, mais des municipalités l'ont fait sans attendre ou ont annoncé qu'elles le feraient bientôt - dont Québec, Montréal, Mont-Royal, Brossard, Longueuil, Boucherville, Sainte-Julie et Laval.

LA QUESTION POSÉE AUX RÉPONDANTS DU SONDAGE

« Vous avez peut-être entendu parler de ces événements où des chiens, la plupart du temps des pitbulls, ont mordu, parfois mortellement, des gens. En réponse à ces événements, plusieurs municipalités et même le gouvernement du Québec songent à interdire dorénavant les pitbulls. Les spécialistes ne sont pas tous d'accord sur la question. Certains pensent que les pitbulls sont des chiens fondamentalement dangereux et qu'il faut les interdire, alors que d'autres vous diront que c'est surtout la façon avec laquelle ils sont élevés (et que ces problèmes pourraient arriver avec d'autres races de chiens s'ils étaient élevés de la même façon). Vous, personnellement, êtes-vous favorable ou non à ce qu'on interdise aux gens dorénavant de se procurer des pitbulls ? »

***

Méthodologie

« La collecte de données en ligne s'est déroulée du 16 au 19 juin 2016 par l'entremise d'un panel web. Au total, 1000 questionnaires ont été remplis. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population à l'étude selon le sexe, l'âge, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer