Fort McMurray : des travailleurs étrangers pourraient devoir quitter le pays

Les travailleurs temporaires n'obtiennent généralement pas d'emplois dans... (PHOTO DAVE OLECKO, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Les travailleurs temporaires n'obtiennent généralement pas d'emplois dans les champs pétroliers, mais ils sont souvent embauchés dans les lieux d'hébergement et les restaurants fréquentés par les travailleurs du pétrole.

PHOTO DAVE OLECKO, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Des groupes militants affirment que les travailleurs étrangers temporaires forcés de se déplacer en raison de l'incendie qui ravage Fort McMurray courent un risque plus grand encore que les autres résidants qui ont dû fuir la ville du nord de l'Alberta.

Ils affirment que plusieurs d'entre eux pourraient se retrouver en véritable situation de crise en ce qui a trait au logement, puisqu'ils n'ont souvent pas de famille ou d'amis pouvant les accueillir dans la région.

Pire encore, ils ignorent s'ils pourront demeurer au Canada lorsque l'incendie aura été éteint.

Les militants précisent que ceux qui obtiennent un permis de travailleur étranger temporaire sont liés à un unique employeur, dont le nom est indiqué sur le document. Si cet employeur n'a plus de travail à leur offrir, le travailleur n'aura d'autre choix que de quitter le pays. On demande donc au gouvernement fédéral de faire une exception pour ces travailleurs en raison des circonstances.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada a déclaré qu'il surveillait la situation à Fort McMurray et déterminerait si - et quand - des mesures spéciales seraient nécessaires pour répondre aux besoins des citoyens canadiens et des résidents permanents et temporaires de la région.

La région de Fort McMurray est devenue, au fil des dernières années, une destination populaire pour les travailleurs temporaires, selon la Coalition pour les droits des travailleurs et travailleuses migrants du Canada.

L'hébergement, la restauration et les enfants

Le porte-parole du groupe en Alberta, Marco Luciano, affirme que les travailleurs temporaires n'obtiennent généralement pas d'emplois dans les champs pétroliers autour de Fort McMurray, mais qu'ils sont souvent embauchés dans les différents lieux d'hébergement ou les restaurants fréquentés par les travailleurs du pétrole. Ils assurent également la garde des enfants de familles de la région.

Bien qu'il affirme que le nombre exact de travailleurs temporaires dans la région n'était pas connu au moment où l'incendie s'est déclenché, il s'attend à ce que des dizaines de personnes demandent de l'aide dans les prochains jours.

Dix-huit de ces travailleurs ont réussi à se rendre à Edmonton jusqu'à maintenant, et M. Luciano affirme qu'ils sont dans une situation précaire.

« Ils ont évacué les lieux avec leur uniforme de travail seulement, dit-il. Ils n'ont pas eu le temps d'aller chercher quoi que ce soit chez eux et ils sont arrivés directement à Edmonton hier. (...) Ils ne savent pas quoi faire. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer